jointe

(Mot repris de joindraient)

JOINTE

(join-t') s. f.
Terme de manége. Le paturon. Avoir la jointe flexible.
Dans les manufactures de soie, partie d'organsin destinée à renouer les fils qui se cassent.
S. m. pl.Terme de menuiserie. Les planches d'une cloison, d'un plancher, qui sont assemblées à rainures et à languettes.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Sur la jointe du bras où il l'a assené [, Ronc. p. 195]
  • XIIIe s.
    Et bien se gart qu'ele ne moille Ses dois es broez [brouets] jusqu'as jointes [, la Rose, 13613]
  • XVe s.
    La mort le faict fremir, pallir, Le col enfler, la chair mollir, Joinctes et nerfs croistre et estendre [VILLON, Grand testam.]
  • XVIe s.
    Remettre en leur naturel les joinctes des membres denouez et deboitez [AMYOT, Cimon et Lucul. 5]
    Ceste boette est jointe avec l'os du bras par un fort ligament, qui environne la jointe pour la tenir fermement, lequel est commun à toutes les autres jointures [PARÉ, IV, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Joint 1. Jointe, dans l'ancien français, signifiait jointure, articulation.

jointé

JOINTÉ, ÉE. adj. T. d'Art vétérinaire, qui ne s'emploie qu'en composition dans les expressions : Cheval bas-jointé, Qui a un paturon formant une ligne qui se rapproche de l'horizontale; Cheval court-jointé, Qui a le paturon trop court; Cheval long-jointé, Dont le paturon est trop long.