jongleur

jongleur, euse

n. [ du lat. joculator, rieur ]
1. Artiste qui pratique l'art de jongler.
2. Fig. Personne habile, qui jongle avec les idées, les mots : Les jongleurs de la politique.

jongleur

(ʒɔ̃glœʀ) masculin

jongleuse

(ʒɔ̃gløz) féminin
nom
artiste qui lance en l'air des objets d'une main à l'autre un jongleur d'assiettes dans un cirque

JONGLEUR

(jon-gleur) s. m.
Ménestrel qui chantait et souvent composait des poëmes, des chansons, des fabliaux ; il allait les chanter dans les cours, dans les tournois, dans les châteaux, dans les villes ; en ce sens il n'est usité que dans l'histoire du moyen âge.
Les jongleurs, qu'on nomma aussi ménestrels ou ménestriers, étaient rassemblés dans le même quartier et donnèrent leur nom à l'église de St-Julien, dont Jacques Grure et Hugues-le-Lorrain, tous deux jongleurs ou ménestriers, furent les fondateurs en 1331 [DUCLOS, Mém. jeux scéniques, Œuvr. t. I, p. 364, dans POUGENS.]
Par une extension péjorative, joueur de tours de passe-passe, bateleur qui joue avec des boules, avec des cercles qu'il lance en l'air. En Amérique, on donne le nom de jongleurs aux devins des sauvages, qui font surtout profession de guérir les maladies et de prédire.
Chactas apprit à René que le principal jongleur était un prêtre avide [CHATEAUB., Natch. V]
Fig. Celui qui cherche à en imposer par de fausses apparences. Les jongleurs politiques. Il a aussi un féminin dans le sens figuré. C'est une jongleuse.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    [Que] Jà nus [nul] vilains jugleres de ceste [chançon] ne se vant, Car il n'en sauroit dire ne les vers ne le chant [, Sax. I]
  • XIIIe s.
    Là veïssiez fleuteors, Menesterez et jougleors [, la Rose, 754]
  • XIVe s.
    L'en dit d'aucun que il est malvez medecin ou malvez jugleur, et toutevoies l'en ne dit pas que il soit malves simplement [ORESME, Eth. 202]
    S'il advenoit qu'aucun appelast un autre jongleur, ou bourdeur, ou ribault.... [BOUTEILLER, Somme rural, liv. II, titre 26, p. 814, dans LACURNE.]
  • XVIe s.
    Tous jongleurs, basteleurs et joueurs de cordes et tous autres jeux diffamez, Gr. coust. de France [, livre IV, ch. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. gioccolatore ; du lat. joculatorem, celui qui joue. Dans le vieux français, juglere est le nominatif, de joculátor ; jugleor est le régime, de joculatórem. Le français avait aussi jugler (Cel jor orent jugler auques de lor talent ; Guiteclin les paia d'or fin et de besans, Saxons, v), et le provençal, juglar ; jugler et juglar viennent du latin jocularis.

jongleur

JONGLEUR. n. m. Il se disait autrefois d'une Espèce de ménestrel qui allait, chantant des poèmes ou récitant des contes, dans les cours des princes et dans les maisons des grands seigneurs. Il signifie maintenant Celui qui jongle.

Il se dit, figurément et familièrement, de Tout homme qui cherche à en imposer par de fausses apparences.

jongleur

Jongleur dient les Picards, que nous appelons Basteleur, Ludius, Usez des formules de Basteleur.

Synonymes et Contraires

jongleur

nom jongleur
Poète-musicien du Moyen Âge.
ménestrel, troubadour, trouvère.
Traductions

jongleur

juggler

jongleur

goochelaar/-rster, jongleur/-euse, jongleur

jongleur

Jongleur

jongleur

giocoliere

jongleur

žongléř

jongleur

jonglør

jongleur

malabarista

jongleur

jonglööri

jongleur

žongler

jongleur

手品師

jongleur

마술사

jongleur

sjonglør

jongleur

kuglarz

jongleur

malabarista

jongleur

jonglör

jongleur

นักเล่นกล

jongleur

hokkabaz

jongleur

nghệ sĩ tung hứng

jongleur

变戏法者

jongleur

[ʒɔ̃glœʀ, øz] nm/fjuggler