joufflu, ue

JOUFFLU, UE

(jou-flu, flue) adj.
Qui a de grosses joues.
En sortant de mon cachot, n'ayant que la peau sur les os, je rencontrai un homme joufflu et vermeil dans un carrosse à six chevaux [VOLT., l'H. aux 40 écus, Désastre.]
Si les rois sont les images des dieux et les ambassadeurs les images des rois, il s'ensuit, sire, par le quatrième théorème de Wolf que les dieux sont joufflus et ont une physionomie très agréable [ID., Lett. Roi de Pr. juin 1740]
Il est un petit homme.... Joufflu comme une pomme [BÉRANG., Pet. h. gris.]
Substantivement. Gros joufflu. Grosse joufflue.
Vous devez, mon cher philosophe, avoir reçu une lettre satisfaisante de ce joufflu de Gabriel Cramer [VOLT., Lett. d'Alembert, 25 janv. 1765]
Ce petit joufflu-là montre avoir de l'esprit [REGNARD, le Distrait, III, 13]
Terme de marine. On dit quelquefois que l'avant d'un navire est joufflu, quand il est renflé ou que les joues en sont prononcées.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Jouflu [ROB. ESTIENNE, Gramm. franç. p. 111, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Mot qui semble à la vérité formé de joue, mais dont on ne connaît pas la dérivation. Scheler demande si c'est un composé anomal de joue et enfler.