jument

(Mot repris de juments)

jument

n.f. [ du lat. jumentum, bête de somme ]
Femelle adulte du cheval.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

JUMENT

(ju-man) s. f.
La femelle du cheval.
Lorsqu'un franc campagnard avec longue rapière, Montant superbement sa jument poulinière, Qu'il honorait du nom de sa bonne jument [MOL., Fâch. II, 7]
Terme de haras. Jument vide, celle qui n'a pas été fécondée par l'étalon.
Nom d'un instrument qui servait à faire la monnaie au moulin, avant l'invention du balancier ; les faux monnayeurs s'en servent encore, c'est une espèce de fer à gaufrer qui fait et marque en même temps la pièce.

PROVERBE

    Jamais coup de pied de jument ne fit mal à cheval, c'est-à-dire les hommes prennent en bien et comme des galanteries ce que les femmes peuvent faire contre eux, surtout les coups que les femmes leur donnent.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cumparez est li huem [l'homme] as jumenz [bêtes de somme] nun savanz [, Liber psalm. p. 64]
    [Il] N'ot pas destrier, ainz chevauche jument [, Bat. d'Aleschans, V. 5988]
  • XIIIe s.
    Les jumenz, ce est les grosses bestes d'eus [Égyptiens] [, Psautier, f° 95]
    Et s'en ala le cheval couvert de ses armes à nos ennemis, pource que le plus des Sarrazins estoient montez sur jumens ; et pour ce trait le cheval aus Sarrazins [JOINVILLE, 218]
  • XVe s.
    Une bonne jument du prix de quatre livres tournois [DELISLE, Agriculture normande, p. 138]
    Qui que saille nostre jument, le poulain est nostre [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 178]
    Boirai-je simplement Ce que boit ma jument [de l'eau] ? [BASSEL., XXIV]
  • XVIe s.
    Le gros bestail nous aide au port, au charroi, et au labourage, à telle cause dict jument, du mot latin juvare, et bien que ce titre soit particulierement donné à la femelle du cheval [O. DE SERRES, 259]
    Amprès que le duc d'Albe desassiegea [leva le siége de] Sanjac [Senthià], M. le marechal Brissac ne fut pas plus heureux au siege de Coni : si bien que, si les François leur reprochoient Sanjac, ils nous reprochoient Coni : à beau jeu, beau retour, et ainsy ils se rendoient la jument [BRANT., le Maréchal de Brissac, t. III, p. 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, jement, jument, cheval, bête de somme ; provenç. jument ; espagn. jumenta ; portug. jumento, jumenta ; ital. giumento, giumenta ; du lat. jumentum, bête de somme, dont le nom s'est particularisé à signifier la cavale ; c'est ainsi que le terme grec moderne qui veut dire proprement l'animal sans raison, a pris le sens spécial de cheval. Jumentum est la contraction de jugmentum, action de lier, de joindre, de jungere, joindre, jugum, joug.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

jument

JUMENT. n. f. Femelle du cheval. Jument poulinière. Jument de haras.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

jument

Une Jument, Equa.

Jument qui n'est point domtée, et ne partit jamais du troupeau, Armentalis equa.

Jument qui a accoustumé le joug et de tirer, Equa subiugis.

Petite jument, Equula.

Cheval de haras gardé pour saillir les jumens, Admissarius equus.

Le salaire qu'on donne pour un estallon qui a sailli une jument, Equimentum.

Celuy qui aide à saillir les jumens, Peroriga.

Quand la jument demande le cheval, Equire.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

jument


JUMENT, s. f. [Juman: 2e lon.] Cavale; la femelle du cheval. "Grande, petite, bonne, belle jument.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

jument

Stutemerriemareסוסה (נ), סוסהmerrie, merrieperdklisna, kobylaφοράδαĉevalinoyeguatamma雌馬암말equaéguaкобылаmärr, stokısrak母马giumentaفَرَسٌhoppekobilahoppeklaczม้าหรือม้าลายตัวเมียngựa cái馬雷 (ʒymɑ̃)
nom féminin
femelle du cheval
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

jument

[ʒymɑ̃] nfmare
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005