justification

justification

n.f.
1. Action de justifier, de se justifier ; défense : Il n'a rien à dire pour sa justification décharge, excuse ; culpabilité
2. Preuve d'une chose par titres ou par témoins : Justification de domicile.
3. En imprimerie, longueur d'une ligne pleine.

justification

(ʒystifikasjɔ̃)
nom féminin
1. fait d'expliquer qqch Il n'a pas trouvé de justification à son retard.
2. fait de prouver que qqch est réel demander la justification d'un paiement

JUSTIFICATION

(ju-sti-fi-ka-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
Action de justifier quelqu'un, ou de se justifier. La justification de mes actes, de ma conduite.
Ce qui est plaisant, c'est qu'il [M. d'Hacqueville] a eu tort en cette occasion ; et, comme il a gagé d'être parfait, il n'a point osé pousser la justification avec moi, et se veut racquitter auprès de vous en disant que j'ai eu tort [SÉV., 7 juin 1671]
Une justification si évidente ne fut point reçue du cardinal, son ennemi personnel [VOLT., Mœurs, 176]
Ce par quoi l'on justifie, l'on prouve. La justification d'un fait.
Terme de théologie. Rétablissement d'un pécheur dans la grâce.
En quelque manière qu'il faille prendre la justification, soit, comme la prennent les luthériens, pour la non-imputation du péché et l'imputation de la justice de Jésus-Christ qui a satisfait pour nous, soit pour l'infusion de sa grâce fortifiante, qui, en emportant le péché, rende en même temps l'âme sainte et agréable à Dieu, nous sommes d'accord qu'en quelque manière qu'on la prenne, elle est purement gratuite [BOSSUET, Réfl. sur l'écrit de Molanus, I]
Au jour terrible des vengeances.... je serai votre défense et votre justification, et vous ma gloire et ma couronne [MASS., Carême, Fausse conf.]
Terme d'imprimerie. La longueur des lignes.
Si mon œil se porte au delà de la justification du livre et tombe sur la marge [BUFF., Suppl. à l'hist. natur. Œuv. t. XI, p. 168, dans POUGENS.]
Terme de fondeur de caractères. Action de comparer une lettre nouvellement fondue avec la lettre matrice.

SYNONYME

  • JUSTIFICATION, APOLOGIE. La justification justifie, c'est-à-dire efface l'inculpation. L'apologie ne fait que défendre. L'apologie peut conduire à la justification ; mais elle n'est pas la justification.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    À guarder tes justificaciums, sire Deux [, Liber psalm. p. 182]
  • XIVe s.
    Par ce appert par quelles justifications un homme doye estre dit juste [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    La confession de nos pechez est nostre vraye justification [CALV., Inst. 571]
    Toutefois encore rendoit Titus quelque raison et justification de ce faict, disant.... [AMYOT, Flam. 27]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. justification ; espagn. justificacion ; ital. giustificazione ; du lat. justificationem, de justificare, justifier.

justification

JUSTIFICATION. n. f. Action de justifier quelqu'un, de se justifier; ou Preuves qui servent à justifier. J'entreprendrai leur justification. Il sera reçu, admis à sa justification. Je veux travailler à la justification de mon père. Ce mémoire contient ma justification, la justification de mes actes, de ma conduite.

Il signifie quelquefois Preuve que l'on fait de quelque chose par titres, par témoins, etc. La justification d'un fait.

Il désigne aussi, en termes de l'Écriture sainte, l'Action et l'effet de la grâce pour rendre les hommes justes. La justification des hommes. La justification des pécheurs.

Il se dit spécialement, en termes d'Imprimerie, de la Longueur des lignes et aussi de leur nombre dans une page. La justification est fixée invariablement dans le composteur de l'ouvrier.

Synonymes et Contraires

justification

nom féminin justification
Traductions

justification

justification, proof

justification

Begründung

justification

justificativa

justification

обосновка

justification

理由

justification

zdůvodnění

justification

begrundelse

justification

motivering

justification

[ʒystifikasjɔ̃] nfjustification