lénitif, ive

LÉNITIF, IVE

(lé-ni-tif, ti-v') adj.
Terme de médecine. Qui calme et adoucit. Remède lénitif. Fig.
[Robert] Remercia du décret lénitif, Prit congé d'elle et partit tout pensif [VOLT., Ce qui plaît aux dames.]
Substantivement. Le miel est un bon lénitif.
S'il lui fallait.... dans un péril extrême, Le moindre lénitif ou le moindre apozème [REGNARD, Légat. II, 11]
S. m.Fig. Adoucissement, soulagement, consolation.
Je viens pour charmer vos douleurs [du prince de Condé en prison].... Je viens avec ce lénitif Très propre à guérir un captif ; Et pour commencer une histoire.... [, Courrier burlesque de la guerre de Paris]
Votre plaie invétérée n'est pas en état d'être guérie par des lénitifs, il est temps d'appliquer le fer et le feu [BOSSUET, Sermons, Haine des hommes pour la vérité, 3]
Je vous amène encore un lénitif de bourse, Une usurière [REGNARD, le Joueur, II, 13]
Voilà tous bons billets que j'ai trouvés sur lui. - Souffrez que je partage avec vous votre ennui, Ce petit lénitif, en attendant le reste, Pourra nous consoler d'un coup aussi funeste [ID., Légat. IV, 1]
Cette nouvelle fut un doux lénitif à mon affliction [LESAGE, Estev. Gonz. ch. 40]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Medicamens anodins, lenitifs et relaxans [PARÉ, V, 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. lenitiu ; espagn. et ital. lenitivo ; du lat. lenitivus, de lenire, adoucir.