lambrequins

LAMBREQUINS

(lan-bre-kin) s. m. pl.
Terme de blason. Nom de l'ancienne couverture des casques. Aujourd'hui les lambrequins sont des volets d'étoffe découpés qui descendent du casque et qui embrassent l'écu pour lui servir d'ornement.
Il y avait derrière ces casques, au lieu de crinières, des draperies découpées en feuillage et autres ornements de drap voltigeant qu'on appelait lambrequins [MARCHANGY, Tristan le voyageur, ch. LXXXII]
Au sing. Chaque branche principale des lambrequins. Le lambrequin de droite, de gauche.
Terme de tapissier. Découpures d'étoffe, de bois ou de tôle imitant le coutil, qui couronnent un pavillon, une tente, un store, etc.
Au XVIIe siècle, nom des bandes d'étoffe qui pendaient au bas de la cuirasse, dans l'imitation théâtrale du costume antique.

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, lamekène, basque, pan d'habit, forme féminine, dit Grandgagnage, de lambequin ou lambrequin, mot qui, selon le roi René (Œuv. choisies, II, p. 10), était employé " en Flandres et " en Brabant et en ces haulx pays où les tournoys " se usent communement. " La terminaison accuse, en effet, un diminutif flamand : on indique lampers ou lamfers, voile ténu, que Scheler rattache conjecturalement à l'allemand Lappen, lambeau.