lampon

LAMPON

(lan-pon) s. m.
Brocard, vaudeville.
Et n'était pas un de la troupe Qui ne chantât des léridas, Des lampons.... [SCARRON, Virg. I]
On dit qu'il court des lampons fort spirituels et fort satiriques sur le prompt retour du roi [BAYLE, Lett. à Minutoli, 24 sept. 1693]
Les misérables Parisiens, trompés d'abord par l'espérance d'un prompt secours, chantaient, dans les rues, des ballades et des lampons contre Henri [VOLT., Ess. guerr. civ. Franc.]

ÉTYMOLOGIE

  • Angl. lampoon, brocard, libelle satirique. L'étymologie est le verbe lamper ; le refrain de ces chansons étant : lampons, c'est-à-dire buvons ; Furetière en cite un échantillon : Jacques fuyant de Dublin Dit à Lauzun son cousin : Prenez soin de ma couronne, J'aurai soin de ma personne ; Lampons, lampons. Le mot anglais vient du français.