lancé

lancé, e

adj.
Qui a acquis une certaine célébrité : Une chanteuse lancée connu ; inconnu

lance

LANCE. n. f. Arme à long bois, terminée par un fer pointu et qui, au moyen âge, était fort grosse vers la poignée. La poignée, le tronçon de la lance. Le bois, le fer de la lance. Lance de combat, de joute, de tournoi. Coucher, baisser la lance. Il rompit trois lances pour les dames. Il l'abattit d'un coup de lance. Les champions brisèrent leurs lances. Les lances volèrent en éclats. Ils venaient, l'un contre l'autre, lances baissées ou à lances baissées. Lance en arrêt.

Fig. et fam., Rompre une lance, rompre des lances pour quelqu'un, Le défendre contre ceux qui l'attaquent. On dit dans un sens différent Rompre une lance avec quelqu'un, contre quelqu'un, Disputer avec lui.

LANCE se prenait autrefois pour Un homme d'armes armé d'une lance. Une compagnie de cent lances.

Il se dit aujourd'hui d'une Longue pique dont certains corps de cavalerie en France ou à l'étranger sont armés. Lance de dragons. Lance de touaregs.

Par analogie, LANCE désigne Toutes sortes d'objets qui en rappellent la forme : un long Bâton garni d'un tampon, pour jouter sur l'eau; une Fusée emmanchée qui sert à mettre le feu à une pièce d'artillerie ou d'artifice. Lance à feu, Tube métallique adapté à l'extrémité d'un tuyau de pompe et servant à diriger le jet d'eau. Lance des pompiers. Lance d'arrosage.

lance

Lance, f. penac. Est la piece des armes offensives que l'homme d'armes porte, laquelle est de bois en longueur de douze à quinze pieds, peu plus peu moins, grosse à l'empoignure et au bas bout, et allant en amenuisant jusques au haut bout, qui est la poincte d'icelle revestuë d'un fer esmolu. Elle est portée par l'homme d'armes droicte sur la cuisse estant rangé en bataille, et couchée sous l'aisselle en arrest au combat, Lancea, Duquel mot il vient, et tous deux du Grec logkhê, d'où partent ces manieres de parler: Porter la lance sur la cuisse, Lanceam erectam coxendice subnixam gestare, Coucher en arrest la lance, Ad lanceis concurrendam accingi, Courir la lance, Concursionem lancearum ludicram facere, Ludicrae lancearum procursioni operam dare, vel vacare, Ce qu'on dit en particulier Jouster, et se fait avec lances courtoises, c. sans fer esmolu. Lance aussi se prend pour l'homme d'armes portant la lance, comme, Il a une compagnie de cent lances, c. de cent hommes d'armes, et, La compagnie de tel Prince au titre de cent lances reduites à cinquante hommes d'armes. Nic. Gilles en la Chronique du Roy Louys XI. Le Roy mena en Normandie cinq cens lances, et les nobles et francs Archers dudit pays. Et peu apres: Et y mourut le seigneur de Conches, et plusieurs autres seigneurs Bourguignons, et bien deux cens lances de Lombards qui estoyent venus à leur aide. Et plus bas: Et lors lesdits quarante lances se retirerent tout bellement. Et en ceste signification une lance contient le nombre de cinq chevaux, dont les deux pour le moins doivent estre chevaux d'armes et de service: le tiers est pour le Costiller, et les deux autres pour deux archers. Qui est ce qu'on appeloit anciennement Lance fournie, sans deux autres chevaux de moindre taille pour envoyer au fourrage, et servir de sommiers à porter le bagage. De ceste signification aussi procede ceste phrase ironique, Hà la bonne lance! et O la hardie lance! quand on reproche à quelqu'un sa couardise et poltronie, Hui quam strenuus miles! Egregius miles scilicet! l'Italien dit Lancia, et l'Espagnol Lança, Mais parce que ce mot est trop general en son endroit, et aliene de ce que nous appelons proprement Lance, il dit Lança Francesa, pour la nostre, et Lança Morisca, Lança Romana, Saguntina, Macedonica, Qui ne sont nullement de la sorte de la Françoise. Et en matiere de successions, Lance en la loy des Anglois Werinois ou Thuringeois, au chap. des Aleuds, est prins pour ligne masculine, tout ainsi que fuseau, et envers nous, Quenouille pour ligne feminine, disant icelle loy, l'hoirie estre passée de la lance au fuseau, c. estre tombée en quenouille, A masculis ad foeminas haereditatem translatam esse, voyez Quenouille.

Une lance où il n'y a point de fer, Pura hasta.

Avoir la lance sur la cuisse, Stare in procinctu, Bud. ex Quintiliano.

Courir la lance l'un contre l'autre, Infestis hastis procurrere.

Percé d'une lance, Lanceatus.

Lances à boëte, qui ne sont pas de guerre, ne pour jouter à outrance, Lanceae pyxidatae, quasi praepilatae, vel pyxide praeferratae, non ferro exacuto vulnificae, Bud.

lancé

Lancé, m. acut. En fait de venerie se dit du cerf qui s'est jetté hors de son buysson sur les voyes. Ainsi dit-on, Le cerf est lancé, c. issu de son buysson sur les voyes. Il se prend aussi pour Eslancé, comme quand d'un cheval harassé et maigre on dit qu'il est lancé, Equus strigosus, Bud. Cui substricta sunt ilia, voyez Eslancé.

lance


LANCE, s. f. LANCER, v. act. LANCETTE, s. f. LANCIER, s. m. [lance, , cète, cié: 1re lon. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d et au 4e, è moy. au 3e.] Lance, arme à long bois, qui a un fer pointu. "Tenir la lance en arrêt. Baisser la lance. "Un beau coup de lance. = On apelait aûtrefois lance un gendarme armé de lances. "Une compagnie de cent lances. = On dit proverbialement, venir, retourner à beau pied sans lance, c. à. d. à pied. "Madame de Chaulne arriva Dimanche. Mais savez-vous comment? à beau pied sans lance; entre onze heures et minuit. — Rompre des lances pour quelqu'un; le défendre contre ceux qui l'ataquent. — Baisser la lance, fléchir, mollir, se relâcher.
   LANCER, Darder, jeter avec roideur; lancer un trait, un dard, un javelot. — Poétiquement, on dit que Dieu lance la foudre: et du Soleil, qu'il lance ses rayons sur la terre. — Figurément, lancer des oeillades, des regards, des traits de raillerie. * M. l'Abé Le Monnier dit, lancer dans l'avenir des espérances sans nombre. Traduct. d'Horace. C'est outrer la métaphôre. = Lancer se dit aussi, des anciènes machines de guerre. "Elles lançaient de grosses pierres. = Se lancer, se jeter avec impétuosité. "Il se lancerait par une fenêtre plutôt que, etc. La Bruy. "Il se lança à travers les énemis. Aujourd'hui on dit plutôt, dans toutes ces phrâses, s'élancer: il s'élancerait par une fenêtre: s'élancer à travers les énemis. Marin. = En termes de chasse, lancer, c'est faire partir la bête du lieu, où elle se retire ordinairement: lancer un cerf, un loup, un sanglier.
   LANCETTE n'est pas un diminutif de lance. C'est un instrument de Chirurgie, servant à ouvrir la veine, à percer un abscês, etc. Doner un coup de lancette. "Enfoncer la lancette bien avant.
   LANCIER, Cavalier dont l'arme était une lance. "Une compagnie de Lanciers.

Traductions

lancé

מושלך (ת), מֻשְׁלָךְ