langué

langue

LANGUE. n. f. Organe musculaire charnu et mobile, revêtu d'une membrane muqueuse, placé dans la bouche et qui est le principal instrument de la parole et l'organe du goût. La langue d'un homme, d'un oiseau, d'un cheval, d'un poisson. La pointe ou le bout, le dessus, le dessous de la langue. Le filet ou le frein de la langue. Langue épaisse, mince, déliée, pointue. Avoir la langue sèche, rude, chargée, pâteuse, noire et enflée. Remuer, tirer, montrer la langue. Les chiens lèchent et guérissent leurs plaies avec la langue. Les serpents dardent leur langue. Des langues de mouton, de boeuf, de porc. Accommoder des langues en ragoût. Un ragoût de langues. Langues fumées, fourrées, farcies.

Tractions de la langue, Tractions faites pour ranimer un blessé, un asphyxié.

Avoir la langue mauvaise, Avoir une langue blanchâtre, dénotant un mauvais état général.

En termes de Musique instrumentale, Coup de langue. Voyez COUP.

En termes de Chasse et de Manège, Donner de la langue, Appeler, exciter le chien, le cheval, par un bruit qui se fait en appuyant fortement la langue contre le palais et en la retirant vivement. On dit dans un sens analogue, mais seulement en termes de Manège, Aides, appel de la langue.

Fig., Faire tirer la langue à quelqu'un, Lui faire attendre indéfiniment une chose dont il a besoin ou qu'il désire.

Fam., S'ennuyer à avaler sa langue, Éprouver un ennui excessif.

Prov. et fig., Jeter sa langue aux chiens. Voyez CHIEN.

LANGUE se dit, par analogie, de Certaines choses qui ont la forme d'une langue. Le Saint-Esprit est descendu sur les apôtres en langues de feu. Langue de terre, Certain espace de terre beaucoup plus long que large, qui ne tient que par un bout aux autres terres et qui est environné d'eau sur tous les autres côtés. Il y a sur la côte de Provence plusieurs langues de terre qui s'avancent dans la mer. Il se dit aussi des Pièces de terre longues et étroites qui sont enclavées dans d'autres terres. Il y a une langue de terre labourable qui traverse la prairie.

Langue-de-serpent, Plante ainsi nommée parce qu'elle a une double feuille, dont la plus petite a quelque rapport avec la langue d'un serpent.

Langue-de-chat, Petit gâteau mince et long.

LANGUE, considéré comme le nom de l'organe de la parole, entre dans un grand nombre d'expressions toutes faites et de locutions figurées. Prenez garde à votre langue, elle vous perdra. Sa langue s'est embarrassée et il a dû s'arrêter dès les premiers mots.

Fam., Avoir la langue bien pendue, Avoir une grande facilité à parler, parler beaucoup, et souvent avec excès.

Fig. et fam., Avoir la langue bien affilée, Avoir beaucoup de babil et aussi Parler avec esprit, subtilité, malice.

Avoir une grande volubilité de langue, Parler avec une grande rapidité.

Cette opération lui a dénoué la langue, Elle lui a donné plus de facilité pour parler.

Fig., Dénouer, délier la langue à quelqu'un, Faire rompre le silence à quelqu'un qui voulait le garder. La peur lui avait lié la langue, l'argent la lui a dénouée, la lui a déliée.

Fam., Il a la langue longue, il ne sait pas tenir sa langue, Il parle beaucoup, il dit tout ce qu'il sait, il ne sait pas garder un secret.

Par exclamation, Quelle langue! Quel bavard! Quelle bavarde!

Fig. et fam., Il a la langue dorée, c'est une langue dorée, se dit de Quelqu'un qui tient des discours faciles, élégants, propres à séduire, mais auxquels on ne peut pas toujours se fier.

Être maître, n'être pas maître de sa langue, Savoir, ne pas savoir se taire.

Fam., La langue lui a fourché. Voyez FOURCHER.

Fam., Avoir un mot sur la langue, sur le bout de la langue. Voyez BOUT.

Fig., C'est une fine langue, C'est une personne spirituelle. Fig., C'est une bonne langue, se dit ironiquement d'une Personne médisante.

Fig., C'est une mauvaise langue, une méchante langue, une langue dangereuse, une langue de vipère, se dit d'une Personne qui aime à médire, à déchirer la réputation d'autrui.

Fig. et fam., Coup de langue. Voyez COUP.

Fig. et fam., Se mordre la langue, S'arrêter au moment de dire ce qu'on ne doit pas ou ce qu'on ne veut pas exprimer. J'allais lui dire quelque chose de mortifiant, mais je me suis mordu la langue.

Fig. et fam., Se mordre la langue d'avoir parlé, S'en repentir. Je n'ai pas eu plutôt lâché cette parole que je m'en suis mordu la langue.

Prov., Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, Il faut, avant de parler, mûrement réfléchir.

Prendre langue, S'informer de ce qui se passe, de l'état d'une affaire, du caractère, des dispositions de ceux avec qui l'on doit traiter. On envoya quelques gens en avant pour prendre langue. Avant de s'engager dans cette affaire, il est bon de prendre langue.

LANGUE désigne aussi l'Idiome d'une nation, d'une race. La langue grecque, la langue latine, la langue française, etc. Les langues orientales. Les langues indo-germaniques ou aryennes. Une langue abondante, riche, harmonieuse, douce, sonore, pauvre, barbare. Cette langue est fort répandue. Enrichir, polir, perfectionner, fixer, altérer, appauvrir une langue. La richesse, la beauté, la politesse d'une langue. Le génie, le caractère, les étymologies, les dialectes, la grammaire, la syntaxe, l'orthographe, la prosodie d'une langue. Étudier, apprendre, oublier une langue. Il parle plusieurs langues. L'origine, la formation, la propagation des langues. Les apôtres reçurent le don des langues. Professeur de langue grecque.

Prov., L'usage est le tyran des langues. L'usage prévaut sur les règles de la grammaire.

Fam., On ne s'entend pas, c'est la confusion des langues, se dit d'une Conversation où tout le monde parle à la fois et, par extension, d'une Discussion où l'on ne s'entend pas sur le sens des mots.

Langue primitive, Celle qu'on suppose que les hommes ont parlée la première. Les nombreuses dissertations des érudits n'ont pu nous conduire à savoir quelle était la langue primitive. Langue primitive ou originelle se dit aussi de Celle qu'on suppose ne s'être formée d'aucune autre.

Langue mère, Celle qui n'étant formée d'aucune autre langue connue a servi à en former d'autres. Et, par opposition, Langue dérivée, Celle qui est formée d'une autre.

Langue morte, Celle qu'un peuple a parlée, mais qui n'existe plus que dans les livres. Et, par opposition, Langue vivante, Celle qu'un peuple parle actuellement. On dit dans le même sens Langue ancienne, par opposition à Langue moderne.

Langue écrite se dit, chez un peuple qui a des traditions littéraires, d'un Ensemble d'emplois syntaxiques, de tournures, d'acceptions de sens, etc., hérités des bons auteurs. Elle s'oppose à Langue parlée, qui désigne l'Usage familier, plus libre et plus variable.

Langue littérale. Voyez LITTÉRAL.

Langue maternelle, Celle du pays où l'on est né. Il se dit par opposition à Langue étrangère, Celle d'un autre pays.

Langue nationale, Celle que parle généralement une nation. Il se dit aussi par opposition à Langue étrangère.

Langue sacrée, Toute langue dans laquelle sont écrits des livres qu'on dit inspirés par la Divinité.

Langue universelle, Langue qui serait commune à tous les peuples. Leibnitz a conçu le projet d'une langue universelle. Le latin, qui est su des gens instruits de tous les pays, est une espèce de langue universelle.

Jeunes de langues s'est dit de Jeunes gens que les gouvernements entretenaient pour apprendre les langues orientales en vue de servir de consuls ou d'interprètes. L'École des jeunes de langues. On dit aujourd'hui École des langues orientales.

LANGUE signifie quelquefois Langage, manière de parler, abstraction faite de l'idiome dont on se sert. La poésie est la langue des dieux. Personne n'a mieux parlé que lui la langue du sentiment, la langue de l'amour.

La langue d'une science, d'un art, L'ensemble des mots, des locutions dont on se sert plus particulièrement dans une science, dans un art. La langue des mathématiques, des beaux- arts. Langue de la philosophie. La langue philosophique.

LANGUE se dit spécialement du Vocabulaire et de la syntaxe propres à tel ou tel écrivain. La langue de Rabelais. La langue de Corneille.

langue

Langue, f. penac. Proprement prins est l'instrument ou membre que Dieu a formé tant en la bouche de l'homme pour parler, chanter, gouster, lecher, attraire, ramonceler et mettre en bas la boisson et viande, et mondifier la bouche qui sont les plus cognuës fonctions naturelles d'iceluy membre; que aussi en la gueule des bestes brutes pour naturellement effectuer en elles lesdites fonctions horsmis le parler, Lingua, Duquel mot Latin vient iceluy François, et l'Italien Lingua, et l'Espagnol Lengua, par e obscur, tout ainsi que le Languedoc le prononce, disant Lengue, pour ce mesme. Mais par metonymie signifie ores le parler et langage particulier de chaque pays, comme quand on dit Langue Hebraïque, Grecque, Latine, Françoise, Alemande, Italienne, Espagnole, Lingua Hebraica, Graeca, Latina, Gallica, Germanica, Italica, Hispanica, Et ores la gent ou nation mesme qui use d'un parler et langage particulier à elle, et divers de celuy des autres. Selon ce on dit, Ceux de la langue de France, d'Angleterre, d'Espagne, c. les François, Anglois, Espagnols, Nic. Gilles en la vie de Charles VII. parlant de la reddition de Romefort faite par les Anglois; Et pource qu'ils n'eurent point secours au jour assigné, baillerent icelle place, mais tous ceux qui estoyent de la langue de France en ladite garnison furent pendus. Laquelle signification est usitée, és grandes compagnies et assemblées de nations diverses, comme en la Religion des Chevaliers de Rhodes, ores de Malthe. Selon ce aucuns entendent estre prins ces deux mots Languedouy et Languedoc, assez cognus entre les Thresoriers generaux de France. Mais Languedoc est un mot corrompu pour cestuy Languegoth, comme sera dit plus bas. Par fois il se prend aussi pour la phrase et diction de celuy qui parle, comme quand on dit, Il a la langue belle et coulante, ou rude et grossiere, c'est à dire il use d'un beau stile, ou d'un parler coulant, ou d'une façon de dire qui est grossiere.

Tu as la langue bien longue, Lingua immodica praeditus es, ex Liu. lib. 23. c'est, Tu es un grand parleur, Verbis effluens, Verborum effusor, ex Terent.

Il a la langue bien pendue, ou à commandement, c'est, Il est bien emparlé, Disertus aut eloquens est.

Il a si bien joué du plat de la langue, qu'il a obtenu ce qu'il pretendoit, Tam commoda atque persuabili oratione vsus est, vt compos voti factus sit.

La langue Latine est plus riche et plus abondante que la Grecque, Locupletior Latina lingua quam Graeca.

La langue maternelle, Vernacula lingua.

Qui n'a point de langue, Elinguis.

Couper la langue à aucun, Linguam resecare, Elinguare.

Restraindre la langue d'aucun, Occludere linguam alicui.

Tirer la langue, Linguam exerere, vel proferre.

Je l'avoy maintenant sur le bout de la langue, Modo versabatur mihi in labris primoribus, B. ex Plaut.

Legiereté de langue, Linguae volubilitas.

Qui ne sont point de nostre langue, Barbari.

¶ Une herbe qu'on appelle Langue de chien, Cynoglossos, Lingua canina.

Herbe croissante aupres des fontaines, appelée Langue, Lingua, Lingula, Lingulaca.

Langue de boeuf, Buglossos, Cirsion.

Langue de cerf, Hermionitis: Les apothicaires, Sclopendria et Lingua cervina.

langue


LANGUE, voy. LANGAGE.