lansquenet

lansquenet

[ lɑ̃skənɛ] n.m. [ de l'all. Landsknecht, serviteur du pays ]
Mercenaire allemand au service de la France et du Saint Empire romain germanique (xve-xviie s.).

LANSQUENET

(lan-ske-nè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des lan-ske-nè-zarmés ; lansquenets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
Nom, dans le XVe siècle et le XVIe, des fantassins allemands.
Quand les Guises firent venir les lansquenets en France [HAMILT., Gramm. 4]
Sorte de jeu de hasard qu'on joue avec des cartes.
Je serais bien contente s'il n'y avait point de lansquenet [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, 22 fév. 1706]
C'est, à vous parler net, Un marquis de hasard fait par le lansquenet [REGNARD, le Joueur, I, 6]
Une dame recevait-elle un bijou considérable de quelque amant, le mari n'avait rien à dire : sa femme l'avait gagné au lansquenet [DANCOURT, la Désol. des joueuses, sc. 10]
Lieu où l'on jouait le lansquenet.
Il n'est pas un de ces chevaliers qui sont consacrés au célibat et obligés de courir au secours de Malte ; c'est un chevalier de Paris ; il fait ses caravanes dans les lansquenets [LESAGE, Turcaret, I, 1]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Est la coustume des Alemans que, s'ils estoyent payez jusques à aujourd'hui, et demain il y avoit assaut ou bataille, ilz entendent qu'il leur est deu nouvel argent, et ceux qui crioyent le plus haut, c'estoyent les lansquenets et les gens de pié, et conclusion ils ne voulurent point marcher avant [O. DE LA MARCHE, Mém. livre II, p. 648, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Nous fismes tant que nous lui apprimes le lansquenet [D'AUB., Faen. IV, 14]
    Je vis des lanskenettes, ne pouvans avoir place au bateau, jetter leurs enfants dedans, et elles se faire trainer dans l'eau, où plusieurs furent noyées [ID., Hist. I, 173]
    Morion à la lansquenette [CARLOIX, V, 27]

ÉTYMOLOGIE

  • Allem. Landsknecht, de Land, le pays, et Knecht, serviteur ; la forme allemande est Landsknecht, et non Lanzknecht. Le Landesknecht était le fantassin du Flachland, ou pays plat. Ce nom lui avait été donné pour le distinguer des soldats suisses qui venaient des montagnes d'Uri ou d'Unterwalden (Revue britannique, n° de sept. 1866, p. 29).

lansquenet

LANSQUENET. n. m. Fantassin, dans les anciennes armées de l'Allemagne. Une levée de lansquenets.

Il se dit aussi d'une Sorte de jeu de hasard que l'on joue avec des cartes. Jouer au lansquenet.

lansquenet

Lansquenet, m. antepenac. Est un mot presqu'autant depravé que celuy de Lanceman, par ceux qui n'en sçavent ni l'origine ni la signification. Il vient de Land qui signifie en Alemand pays, et knecht, garçon ou compagnon, valet et serviteur, comme qui diroit Compagnon ou valet de pays. L'Alemand l'escrit et prononce Landsknecht, par ce que Land fait au genitif Landes, et par syncope Lands. Les Landsknechts sont en Alemagne et en Suisse ceux que nous appelons gens de pied, pietons ou fantassins, l'infanterie, dont la profession est de marcher et combattre à pied.

lansquenet


LANSQUENET, s. m. [Lanskenè: 1re lon. 2e e muet, 3e è moy. On écrivait autrefois landsquenet.] 1°. Autrefois, fantassin Allemand. "Il avoit quatre cens lances et dix mille lansquenets. = 2°. Aujourd'hui, sorte de jeu de hazard, où l'on joûe avec des cartes. "Jouer au lansquenet.