lare

lare

n.m. et adj. [ lat. lar, laris ]
Dans la mythologie romaine, dieu protecteur du foyer domestique : Les lares ou les dieux lares.

LARE1

(la-r') s. m.
Nom, chez les anciens Romains, des dieux domestiques.
On retrouve ici quelques traces du culte touchant des lares [CHATEAUB., Génie, III, V, 6]
Se disait des génies tutélaires des vaisseaux, des chemins, de la ville, des carrefours, etc. Poétiquement. Les lares, la maison, la demeure.
Un rat hôte d'un champ, rat de peu de cervelle, Des lares paternels un jour se trouva soûl [LA FONT., Fabl. VIII, 9]
Viens près de tes lares tranquilles, Tu verras de loin dans les villes Mugir la discorde aux cent voix [V. HUGO, Odes, IV, 2]
Adj. Un dieu lare. Les dieux lares.

REMARQUE

  • Il ne faut pas confondre tout à fait lares et pénates. Les derniers, genii penates, sont les génies du foyer. Les lares sont les héros, c'est-à-dire les âmes des défunts de la famille. Mais le culte les associait et finit par les confondre.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. lares, mot étrusque signifiant chef.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. LARE. - ÉTYM. Ajoutez : On disait lar Porsenna, Tite-Live, II, 9, lar Tolumnius, ID. IV, 17.

LARE2

(la-r') s. m.
Terme de zoologie. Nom moderne du genre mouette (palmipèdes) dans lequel on distingue le lare cyanorrhynque, qui est la grande mouette cendrée de Buffon.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. larus ; terme grec signifiant mouette.

LARE3

(la-r') s. m.
Un des noms vulgaires de la pyrule mélongène, dite aussi lard (mollusques).

lare

LARE. n. m. Dieu domestique chez les Romains. On plaçait les lares ou, par apposition, les dieux lares auprès du foyer.

Poétiquement, Les lares, La maison, la demeure. Abandonner, revoir ses lares, les lares paternels.