lavé, ée

LAVÉ, ÉE

(lavé, vée) part. passé de laver
Nettoyé avec l'eau. Les mains lavées, on se mit à table. Fig.
La Dauphine ainsi lavée dans le sang de l'agneau [FLÉCH., Dauphine.]
Terme d'agriculture. Foin lavé, foin qui, étant sur pied, a séjourné dans l'eau, ou a été mouillé après le fauchage et surtout pendant le fanage.
Purgé par une sorte de lavage.
Ces eaux-ci [Vichy] sont salutaires ; M. de Grignan en serait lavé et lessivé, et guéri de tous ses maux [SÉV., 19 sept. 1677]
Lavé se dit de certaines couleurs peu vives et peu chargées. Cheval de poil bai lavé. Bai brun lavé aux flancs. En peinture, couleur lavée, couleur faible et déchargée.
Ombré, colorié.
Parlons de ses têtes peintes, de ses études et surtout de ses dessins coloriés et lavés [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XV, p. 85, dans POUGENS]
Le ventre et l'estomac ont du blanc plus ou moins lavé de jaune faible [BUFF., Ois. t. X, p. 35]