lesté

leste

LESTE. adj. des deux genres. Qui a de la facilité, de la légèreté dans ses mouvements.

Ce vieillard est encore fort leste. Il marche d'un pas leste. Avec ce vêtement chaud et léger, on se sent très leste.

Avoir la main leste, Être prompt à frapper.

Il signifie figurément Qui est adroit, prompt à trouver des expédients pour terminer une affaire. C'est un homme leste en affaires.

Il se dit aussi, figurément et en mauvaise part, d'une Personne légère, peu scrupuleuse sur les principes, les égards et les convenances. C'est un homme leste dans ses procédés, dans ses propos. Cette femme est fort leste, on dit qu'elle est fort leste dans ses actions et dans ses discours.

Il signifie, par extension, Qui dénote un manque de respect, de courtoisie, un mépris des convenances. Il a usé à mon égard d'un procédé un peu leste. Sa conduite a été jugée fort lesté. Voilà de la part d'un jeune homme s'adressant à un vieillard une réponse bien leste.

Il s'emploie spécialement dans le sens de Trop libre, d'inconvenant. Un propos leste. Une plaisanterie leste. Une chanson leste. Il y a dans cette pièce de théâtre des mots très lestes.

leste


LESTE, adj. LESTEMENT, adv. [Lèste, teman: 1re è moy. 2e e m. 3e l.] Leste, proprement vétu. "Vous voilà bien leste. "Son équipage étoit fort leste. = Bien en ordre. "Troupes fort lestes. = Adroit; c'est un homme fort leste. = Lestement, proprement. "Lestement vétu. — Avec adresse: "Il s'est tiré lestement de cet embârras. = Depuis quelque tems on le dit du ton et des propôs. Hardi, sans façon, sans égard. C'est un mot à la mode. "Le propôs est leste. Jugem. de Midas. "Ces lettres renferment... un ton des plus lestes sur les matières les plus serieuses. "Ses procédés étoient lestes, parce que ses desirs étoient vifs. Mercure.