lettré, ée

LETTRÉ, ÉE

(lè-tré, trée) adj.
Qui a des lettres, de la littérature ; qui connaît une ou plusieurs littératures, et qui s'en occupe par délassement ou par profession. Un des hommes les plus lettrés de son temps.
Toute fille lettrée restera fille toute sa vie [J. J. ROUSS., Ém. V]
S. m. Celui qui est lettré. Les lettrés. Particulièrement. Classe d'hommes qui, à la Chine, cultivent les lettres et exercent les emplois publics.
On connaît un lettré à la façon aisée dont il fait une révérence [MONTESQ., Espr. XIX, 13]
On dit qu'elle est unie à l'un de ces lettrés que respectait l'Asie [VOLT., Orphel. II, 7]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    [Une épée] Bele est et ben letrée [marquée de lettres] [, Ronc. p. 23]
    Co [ce] ne devreit pas dire huem [homme] cristien letrez [, Th. le mart. 88]
    Se plaiz sursist d'iglise entre lais [laïques] ou letrez [, ib. 58]
  • XIIIe s.
    Or vous faites amer [aimer] [de] gent letrée et gent laie [laïque] [, Berte, VIII]
    Ains li faisoit la jeune dame [Héloïse à Abeilard], Bien entendant et bien letrée, Et bien amant et bien amée, Argumens à li chastier Qu'il se gardast de marier [, la Rose, 8805]
  • XVe s.
    Je parle comme un homme non lettré [COMM., V, 18]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. lottray ; provenç. letrat ; catal. lletrat ; espagn. letrado ; ital. letterato ; du lat. litteratus, de littera, lettre.