ligature

ligature

n.f. [ du lat. ligare, lier ]
1. En médecine, opération qui consiste à serrer un lien autour d'une partie du corps, génér. un vaisseau sanguin ; le lien lui-même : La ligature d'une artère.
2. Caractère d'écriture qui lie plusieurs lettres en un seul signe : La signe « œ » est une ligature.
Ligature des trompes,
méthode anticonceptionnelle consistant à ligaturer le canal par où passent les ovules.

LIGATURE

(li-ga-tu-r') s. f.
Terme de chirurgie. Action de lier. Opération par laquelle on lie les vaisseaux, les polypes, etc. Faire la ligature d'une artère, d'une tumeur.
Par un passage facile de l'action de lier à la chose qui lie, morceau d'étoffe ou cordon dont on se sert pour lier.
Rien qui colle au corps, point de ligature [J. J. ROUSS., Ém. II]
Se dit de petits rubans qui attachent le soulier d'une femme en se croisant sur le cou-de-pied. Terme de marine. Long et fort cordon de fil de caret qui sert à souquer les pièces d'un mât et d'une vergue d'assemblage.
Bande dont on se sert pour lier le bras quand on pratique l'opération de la saignée.
Sur la circulation du sang, pour rendre raison pourquoi la veine enfle au-dessous de la ligature [PASC., Pens. div. 74, éd. FAUGÉRE.]
Une douleur au bras, que Le Dran, qui m'avait saigné, m'assura ne venir que d'une ligature trop serrée [SAINT-SIMON, 130, 190]
Terme de chirurgie. Cordonnet plus ou moins large, destiné à étreindre les tumeurs dont on veut provoquer lentement la chute, ou les vaisseaux dans lesquels on veut intercepter le cours du sang.
Fig. Dans le langage des mystiques, sorte de suspension des facultés.
Par une semblable exagération [sur la contemplation], les mystiques les plus sages inculquent sans cesse leur ligature ou suspension des puissances : si on les entend à la lettre, en certains états on n'est plus uni à Dieu par l'intelligence, par la volonté, par la mémoire, mais par la substance de l'âme [BOSSUET, États d'oraison, I, 8]
Se dit aussi de l'effet de certains maléfices, auxquels on attribue le pouvoir de suspendre tout à coup quelque fonction du corps, comme la consommation du mariage.
Terme d'écriture et d'imprimerie. Plusieurs lettres liées ensemble. Les ligatures grecques. Les imprimeurs appellent aussi ligature, un caractère d'imprimerie, qui joint deux lettres ensemble tels que ae, ff. Dans la fonderie des caractères, les ligatures sont des parties déliées, en fonte ou en cuivre, qui servent à lier les parties d'une même lettre.
Sorte de grosse étoffe, dont on fait des ceintures pour les rouliers et les paysans, dite aussi brocatelle.
Terme d'alchimie. Ce qui bouche exactement un vaisseau.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ce qui est attaché à l'entendement a encor (par maniere de parler) plus de ligatures que ce qui est attaché au corps [LANOUE, 197]
    Et sera faite une bonne et forte ligature en la racine de la loupe, avec menue ficelle [PARÉ, V, 18]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. ligadura ; du lat. ligare, lier.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    LIGATURE. Ajoutez :
    10° En général, manière de lier un objet quelconque.
    Démocrite prit à son service Protagoras pour lui apprendre la philosophie, ayant reconnu son bel esprit à la ligature d'un fagot de bûchettes industrieusement arrangées [LA MOTHE LE VAYER, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 335]

ligature

LIGATURE. n. f. T. de Chirurgie. Noeud de fil, de soie, etc., avec lequel on serre un vaisseau pour prévenir ou arrêter l'écoulement du sang. Ligature provisoire d'un segment d'artère au-dessus d'une blessure. Ligature chirurgicale de vaisseaux au cours d'une opération.

Il désigne aussi l'Action, la manière de placer ce noeud. Traité des ligatures.

Il se dit encore du Lien de caoutchouc avec lequel on serre la partie supérieure du bras pour faire une piqûre intraveineuse ou une saignée. Mettre, ôter la ligature.

En termes d'Écriture et d'Imprimerie, il se dit de Plusieurs lettres liées ensemble et quelquefois de Mots entiers dont toutes les lettres sont unies les unes aux autres d'un seul trait de plume. Il y a des manuscrits grecs hérissés de ligatures. La belle écriture arabe a beaucoup de ligatures.

ligature

Ligature, f. antepenacut. Vient de Lier, et est mot Latin, Ligatura.

ligatûre


LIGATûRE, s. fém. [3e. lon. dern. e muet.] Bande de drap dont les Chirurgiens serrent le bras, le pied, pour l'opération de la saignée. = C'est aussi la manière de lier avec cette bande.

Traductions

ligature

משלבת (נ), ענידה (נ), עקידה (נ), קשירה (נ), עֲקֵדָה

ligature

ligatura

ligature

legatura

ligature

ligadura

ligature

结扎

ligature

結紮

ligature

Ligatura

ligature

Ligatur

ligature

Ligatur

ligature

[ligatyʀ] nfligature