lippée

(Mot repris de lippées)
Recherches associées à lippées: haires, lapée, lippue

LIPPÉE

(li-pée) s. f.
Ce qu'on peut prendre avec la lippe, bouchée. Vieux en ce sens.
Repas, bons morceaux.
L'un était des suivants de madame Lippée [un parasite] [RÉGNIER, Sat. X]
Il faut avouer que ces lippées me venaient fort à propos [J. J. ROUSS., Conf. IV]
Franche lippée, bon repas qui ne coûte rien.
Car, quoi ! rien d'assuré ! point de franche lippée ! [LA FONT., Fabl. I, 5]
Nous ne manquions pas de nous rendre en petit nombre à l'endroit où se donnait la fête, et d'y trouver nos franches lippées [LESAGE, Guzm. d'Alfar. III, 5]
Chercheur de franches lippées, parasite. Courir la lippée, écornifler, chercher un bon repas là où il n'en coûte rien.
Fig. Bonne aubaine.
Ce fut en cet état, les doigts de sang souillés, Qu'au bruit de ce duel trois sergents éveillés, Tout gonflés de l'espoir d'une bonne lippée, Me découvrirent seul et la main à l'épée [CORN., Suite du Ment. I, 1]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le roy d'Angleterre emportoit toujours quelque lippée pour sa part [, Sat. Mén. p. 160]
    Aussi en sa vie leur a-t-il donné de bonnes lipées [BRANT., Duc d'Albe.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lippe.

lippée

LIPPÉE. n. f. Bouchée. Deux ou trois bonnes lippées. Il est familier et vieux.

Il signifiait autrefois Repas, et, dans ce sens, il s'employait surtout au pluriel dans l'expression Franches lippées.

lippée

Lippée, f. penac. C'est ce que la bouche peut contenir de viande à une fois, Quantum labris vescendo sumitur.