littéral, ale

LITTÉRAL, ALE

(li-té-ral, ra-l') adj.
Terme d'algèbre. Grandeurs littérales, grandeurs qui sont exprimées par des lettres.
Qui est selon la lettre, selon le texte, conforme à la lettre, au texte. Sens littéral.
Après avoir établi les faits essentiels par des preuves littérales et incontestables [BOSSUET, Rem rép. quiétisme, Avant-propos.]
Sens littéral, se dit par opposition à sens allégorique et à sens mystique.
....Le secret de l'Esprit de Dieu caché dans l'Écriture ; car il y a deux sens parfaits, le littéral et le mystique [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 2]
Sur cette évidence de l'Écriture, Luther ne trouvait rien de plus hardi ni de plus impie que de nier le sens littéral ; et Zwingle ne trouvait rien de plus absurde ni de plus grossier que de le suivre [BOSSUET, Var. II, § 43]
Traduction, version littérale, celle qui est faite mot à mot.
Ne croyez pas que j'aie rendu ici l'anglais mot pour mot ; malheur aux faiseurs de traductions littérales qui, traduisant chaque parole, énervent le sens [VOLT., Mél. litt. Trag. angl.]
Commentaires littéraux, commentaires qui suivent le texte mot par mot. Familièrement. Cet homme est trop littéral, il prend trop les choses au pied de la lettre. Substantivement. Le littéral, la précision avec laquelle on prend les choses au pied de la lettre.
Le duc de Bourgogne avait conservé de son éducation une précision et un littéral qui se répandaient sur tout [SAINT-SIMON, 266, 81]
Ancien et écrit, par opposition à moderne et vulgaire, en parlant du grec et de l'arabe. Le grec littéral. L'arabe littéral.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    On doit expliquer la dite loi à l'entente de la fin, et non pas au sens litteral ou sentence textuelle [MONSTRELET, I, 39]
  • XVIe s.
    Il n'est pas un ministre literal, qui ait seulement battu les aureilles par le son de sa voix ; mais l'efficace de l'esprit lui a esté donnée [CALV., Instit. 817]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. litteralis, de littera, lettre.