livrée

(Mot repris de livree)

livrée

n.f.
1. Costume distinctif que portaient autrefois les domestiques masculins des grandes maisons ; costume particulier que portent les membres de certaines professions : Devant cet hôtel, un groom en livrée accueille les clients uniforme
2. Pelage du cerf et du chevreuil ; plumage de certains oiseaux ; aspect visuel présenté par un insecte : La livrée d'un scarabée.

livrée

(livʀe)
nom féminin
uniforme d'un domestique un valet en livrée

LIVRÉE1

(li-vrée) s. f.
Anciennement, vêtements qu'un seigneur, un prince, un roi faisait délivrer aux membres de sa famille et aux gens de sa maison.
Ces vêtements se distribuaient à certaines époques de l'année, les livraisons s'en faisaient régulièrement, depuis les princes du sang jusqu'aux plus infimes serviteurs ; on les appelait des robes [vêtement complet] de livrée, des draps de livrée, pièces d'étoffes destinées à servir d'habillement, des chapperons de livrée [DE LABORDE, Émaux, p. 367]
Habits rappelant par leurs dessins et leurs galons les armoiries du seigneur qui donne ces habits soit à ses gens soit à d'autres.
Mazarin eut la hardiesse de faire porter ses livrées à une armée [VOLT., Louis XIV, 5]
Les armoiries devenues fixes et héréditaires introduisirent en même temps les livrées [ST-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 109. dans POUGENS]
Fig. Livrée, dans le sens de parti.
Je ne puis dire de quelle livrée fut le duc de Noailles, mais il se soutint mieux que les autres, quoique avec un embarras marqué, malgré son masque ordinaire [SAINT-SIMON, 524, 229]
Par extension, habits d'une couleur convenue, ordinairement galonnés, que portent les domestiques d'une même maison. Laquais en grande, en petite livrée.
Ma livrée bien riche, bien leste, bien chamarrée [D'ALLAINVAL, École des bourg. II, 2]
Les valets, troupe chamarrée, Troquant aujourd'hui leur livrée, Que d'habits bleus nous étalons ! [BÉRANG., Vieux habits, vieux galons !]
Fig.
Marchand de vers, jadis poëte, Abbé, valet, vieille coquette, Vous arrivez ; Paris accourt ; Eh ! vite : une triple toilette ; Il faut unir à la cornette La livrée et le manteau court [M. J. CHÉN., Petite épître à J. Delille.]
La liberté !... C'est une bégueule enivrée Qui, dans la rue ou le salon, Pour le moindre bout de galon, Va criant : à bas la livrée ! [BÉRANG., Refus.]
Il a porté la livrée, il a été laquais. Fig. Porter la livrée de quelqu'un, être complétement dans ses intérêts, lui être tout à fait dévoué.
Vous m'avez donné tous vos sentiments, je porte votre livrée [SÉV., 13 déc. 1688]
Homme de livrée, domestique portant livrée ; gens de livrée, les domestiques portant livrée.
Il y a cent louis à chacun des principaux, et vingt à chaque homme de livrée [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, 11 juin 1703]
Les gens de livrée et ceux de la basse-cour [J. J. ROUSS., Hél. IV, 10]
Chez les passementiers, galon de livrée.
Collectivement. Tous les gens qui portent une livrée ; domesticité.
Sosie de la livrée a passé par une petite recette à une sous-ferme, et par les concussions.... il s'est enfin, sur les ruines de plusieurs familles, élevé à quelque grade [LA BRUY., VI]
Servez bien la patrie et venez quelquefois dîner avec ma livrée [VOLT., Homme aux quarante écus, Désastre]
Il se dit aussi de tous les laquais en général. La livrée se mutina. Fig. Battre la livrée de quelqu'un, faire la guerre à ses amis, à ses partisans.
Si vous croyez qu'ils marchent un peu sur mes traces, je vous prie de ne pas battre ma livrée [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 16 oct. 1765]
Je voyais mon clergé, mes cours de parlements, Mon trône rétabli sur ses vieux fondements, Et de la liberté la France délivrée.... Mais les républicains ont battu ma livrée [M. J. CHÉNIER, Pie VI et Louis XVIII]
Livrée de la noce, rubans de couleur que la mariée distribue aux parents et amis pour assister aux noces ; cela ne se fait plus que dans les noces villageoises.
Livrées d'une dame, rubans pareils à ceux qu'elle porte.
Les chevaliers portaient les livrées de leurs maîtresses [HAMILT., Gramm. 4]
Fig. Marques extérieures auxquelles on peut reconnaître certaines conditions. La livrée, les livrées de la misère, de la servitude, de la faveur.
Votre piété s'ennuie de porter les livrées du monde [BOSSUET, I, Vêture, 3]
Conservant sous ces livrées de la pauvreté l'air le plus majestueux [VOLT., Taureau, 5]
Et le laquais galonné qui porte la livrée du luxe insulte à votre habit, qui est la livrée de l'indigence [ID., Mél. litt. à M. Lefèvre]
Il est vrai que ses lettres [de Balzac] étaient des harangues ampoulées ; il écrivait au premier cardinal de Retz : " Vous venez de prendre le sceptre des rois, et la livrée des roses, " [ID., Louis XIV, 32]
Terme de vénerie. Pelage que portent, durant la première année, certains quadrupèdes, et qui, se faisant remarquer par des mouchetures et des bandes régulièrement disposées, a une teinte en général plus claire que celle du fond.
Ce changement de couleur, après le premier âge, est assez général dans la nature et s'étend jusqu'aux quadrupèdes qui portent alors ce qu'on appelle la livrée et qui perdent cette livrée, c'est-à-dire les premières couleurs de leur pelage, à la première mue [BUFF., Ois. t. I, p. 97]
Se dit du plumage des jeunes oiseaux.
Souvent aussi elle [la teinte du plumage] dépendra du degré de froid que ces oiseaux auront éprouvé ; car on peut leur conserver toute l'année leur livrée d'été, en les tenant l'hiver dans un poêle ou dans tout autre appartement bien échauffé [BUFF., Ois. t. VIII, p. 41]
Terme de marchand de soierie. Fil de soie d'une certaine couleur, toujours la même chez chaque négociant, attaché à la lisière des pièces, et portant le morceau de carton carré sur lequel est écrit le numéro de la pièce.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Le dit argentier n'a rien delivré aus dits jeunes enfans de France, excepté pour messeigneurs Jean et Philippe de France et Loys de Bourbon, les quiex [les quels] furent vestus de livrée avec monsieur le dauphin le jour de Noel [DU CANGE, liberatio.]
    Achat de peaulx de chamois pour faire certains sacs et habis de chamois, tant pour le roy nostre seigneur, comme pour plusieurs seigneurs de son sang et autres ses chambellans et serviteurs, à eulx donnés par le dit seigneur pour la livrée en ceste saison d'hiver [DE LABORDE, Émaux, p. 368]
    Item doit avoir une cote des dras des officiers, toutefois que Madame fera sa livrée [ID., ib.]
  • XVe s.
    Il tenoit grand estat et noble et faisoit grans livrées et grans despens [FROISS., I, I, 60]
    Et s'ilz veulent avoir marée, On en fait es halles livrée Pour l'argent trois fois la sepmaine [E. DESCH., Poésies mss. f° 411]
    Esté revest champs, bois et fleurs, De sa livrée de verdure, Et de maintes autres couleurs Par l'ordonnance de nature [CH. D'ORL., Chanson.]
    Tous les oyseaulx.... Crioyent fort, demandans la livrée Que nature leur avoit ordonnée [ID., Ball. 67]
    Quant [je] suis sans verre et breuvage, C'est sans coque un limaçon, Sans livrée c'est un page [BASSEL., LVI]
    Il avoit esté de leur mestier, et en avoit porté robbe de livrée [COMM., II, 3]
  • XVIe s.
    Le dict seigneur meit sus un ordre ou livrée, que on appelloit le camail, où pendoit un porc espic, la quelle il bailla à plusieurs notables chevaliers et gens de bien de ce royaume [JEAN DE SAINT-GELAIS, Hist. de Louis XII, p. 25, dans LACURNE]
    On sçait bien qu'estiez convié à venir et vous trouver aux nopces [les assassinats de Blois], où l'on vous eust fait de leur livrée [massacré comme les Guise vos frères] [, Sat. Mén. 138]
    Et on lui attacha à la manche de son pourpoint belle livrée de jaune et de verd [RABEL., Pantagr. IV, 14]
    Qui va à telles noces en remporte bien souvent des livrées rouges [coups et blessures] [MONTLUC, Mém. t. I, p. 344, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Livré, parce que la livrée était à l'origine une chose remise, donnée, et particulièrement un vêtement.

LIVRÉE2

(li-vrée) s. f.
Terme d'ancienne coutume. Mesure de terre qui rapportait une livre de rente. On disait aussi une livre de terre.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    De terre dis livrées [il] dune [donne] à ceste maison, Od [avec] les trente livrées dont vous fist ainz [auparavant] le don [, Th. le mart. 161]
  • XIIIe s.
    Or veons se uns hons a soixante livrées de terre d'un fief, et il y a quatre enfans.... [BEAUMANOIR, XIV, 27]
    Et un chevalier de son conseil dit que je ne fesoie pas bien quant je aportoie tiex [telles] nouvelles au roy, là où il y avoit bien sept mil livrées d'outrage [d'exagération] [JOINV., 261]

ÉTYMOLOGIE

  • Livre 3.

livrée

LIVRÉE. n. f. Anciennement, Habits dont l'étoffe et les galons rappelaient, par les dessins et par les couleurs, les armoiries du maître qui en revêtait ses gens.

Il se dit aujourd'hui, par extension, des Habits d'une couleur convenue, ordinairement galonnés, que portent les domestiques d'une même maison. Riche livrée. Changer sa livrée. Porter la livrée. Galon de livrée. Valet en grande, en petite livrée.

Il se dit collectivement de Tous les gens portant une même livrée. Toute la livrée du prince assistait à la cérémonie.

Fig. et dans le style soutenu, La livrée de la misère, de la servitude, Les marques extérieures auxquelles on peut reconnaître la misère, la servitude, etc.

livrée

Livrée, c'est proprement delivrance faite à autruy de quelque chose à luy donnée: et moins proprement la chose mesmes ainsi que dit est distribuée. Et par ce que celuy qui octroyant livrée à autruy, veut qu'il appaire que cela procede de son octroy et liberalité, et à ceste cause en cas d'habillemens donne estoffe de ses couleurs, voila pourquoy livrée se prent aussi pour la devise des couleurs d'aucun, et selon ce on dit la livrée du marié, la livrée de la mariée, Les pages et laquais porter la livrée de leurs maistres, et l'enseigne estre de la livrée du capitaine, Insigne gestamen, Centuriale discrimen, Nota centurialis, vel turmalis, vel cohortalis, B.

¶ La livrée des chanoines, Sportula. Bud. id est, pecunia quotidiana, aut cibus ad quotidianum victum.

Qui ont double livrée ou prebende, Dimoeritae homines, Bud.

livrée


LIVRÉE, s. f. [2e é fer. et long: 3e e muet.] Habits de couleur, dont on habille les pages, les laquais, cochers, etc. "Belle, riche, livrée. "Prendre, porter, quiter la livrée. = Il se dit collectivement de tous les gens portant une même livrée. "Toute la livrée d'un tel Seigneur. — Et dans un sens plus étendu, de tous les laquais. "La livrée n'est point admise au spectâcle.
   Rousseau a employé livrée au figuré.
   Vertumne a changé ses livrées,
   Et nos campagnes labourées
   Me flattent d'un prochain retour.

Traductions

livrée

livrei

livrée

livery, coat, common lackey, domestic staff, feathers, fur, hallmark, household, plumage, stamp, wool

livrée

Malacosoma, neustria

livrée

[livʀe] nflivery