logis

logis

n.m.
Litt. Endroit où l'on loge ; logement : Nous rentrons au logis demeure, domicile, maison

logis

(lɔʒi)
nom masculin
lieu où l'on habite le logis familial rentrer au logis

LOGIS

(lo-jî ; l's se lie : un lo-ji-z élégant) s. m.
Lieu où l'on est logé.
Comme ce n'est pas assez, avant de commencer à rebâtir le logis où l'on demeure, que de l'abattre et de faire provision de matériaux et d'architectes, mais qu'il faut aussi s'être pourvu de quelque autre où on puisse être logé commodément pendant le temps qu'on y travaillera [DESC., Méth. III, 1]
C'était un beau sujet de guerre Qu'un logis où lui-même il n'entrait qu'en rampant [LA FONT., Fabl. VII, 16]
Ce sont, dit-il, leurs lois qui m'ont de ce logis Rendu maître et seigneur, et qui de père en fils L'ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean transmis [ID., ib. V, 16]
Volontiers gens boiteux haïssent le logis [ID., ib. X, 3]
Garder le logis, rester chez soi.
Je garde mon logis huit jours après mon retour de Vichy, comme si j'étais bien malade [SÉV., 3 juill. 1676]
Fig.
Si l'on disait : la gaîté vous [les chansons de Béranger] délaisse, Vous répondrez, et pour moi j'en rougis : De notre père accusant la faiblesse, Les plus joyeux sont restés au logis [BÉRANG., Préface]
Fig. et familièrement. Il n'y a plus personne au logis, se dit d'une personne dont la raison s'égare. Par plaisanterie. Le logis du roi, la prison.
J'ai peur, si le logis du roi fait ma demeure, De m'y trouver si bien dès le premier quart d'heure.... [MOL., l'Ét. III, 5]
Particulièrement. La maison de celui qui parle, ou dont on parle. On m'attend au logis.
Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris [LA FONT., Fabl. I, 18]
J'aime Juanilla, qui est la fille unique du logis [LESAGE, Diable boit. chap. 7, dans POUGENS]
Fig. La folle du logis, l'imagination.
Corps de logis, partie principale d'un bâtiment. Un corps de logis entre deux pavillons. Se dit aussi d'un logement détaché de la masse du bâtiment principal. Il occupe un petit corps de logis entre la cour et le jardin.
Hôtellerie. Le Cheval blanc est un bon logis. Aux enseignes des hôtelleries, on met ordinairement : Bon logis à pied et à cheval.
Maréchal des logis, sous-officier des troupes à cheval, chargé des détails du service, et notamment de tout ce qui concerne le logement. Maréchal des logis chef.
Lisez le billet doux [billet de logement] que notre maréchal des logis vous écrit [BEAUMARCH., Barb. de Sév. II, 14]
Maréchal des logis, officier chargé de faire préparer les logements pour une cour en voyage. Il s'en va marquer les logis, se dit de quelqu'un qui dans une compagnie prend les devants pour arriver le premier au lieu où l'on se rend.
Terme de verrerie. Ouverture placée au niveau du siége derrière chaque pot, et qui perce la paroi du four et son revêtement.
Ancien terme de marine. Logis du roi, ou maison du roi, hôtel qui, dans chacun des arsenaux maritimes, était comme le siége du gouvernement du port, et où se traitaient toutes les affaires relatives à l'administration de la marine.

SYNONYME

  • LOGIS, LOGEMENT. Ces deux mots ont même radical et ne diffèrent que par la finale. Mais cette finale leur imprime des nuances caractérisées. La finale ment exprime l'action ; le logement est d'abord l'action de loger ; la finale is, qui reproduit la finale latine icius, indique l'appropriation de l'objet. Il est bien vrai que ces deux mots sont synonymes dans une portion de leur signification ; il n'y a pas de différence entre : mon logement est de trois pièces, ou mon logis. Mais les différences se montrent dans les emplois ultérieurs ; et logis est seul employé quand il s'agit d'avoir l'idée qui est dans la finale is et d'exclure celle qui est dans la finale ment ; ainsi l'on dit rester au logis, et non au logement. On dit au contraire chercher un logement, et non chercher un logis, parce que l'idée principale est d'aller se loger.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Les fossés des logeis [camp] et des tentes roumaines [BERCHEURE, f° 36, verso.]
  • XVe s.
    Un soir se logerent sur une riviere nommée Meuse.... et de là n'avoit pas plus deux logis jusques au siege de Lucembourg [JEHAN D'ARRAS, Melusine, p. 218]
    Ô profond puits d'enfer, logis de Caïn et de Judas, à quoy tardes-tu que tu ne les appelles à toy ? [, Boucicaut, III, 19]
    Les chevaulx ont lors tout bien à plenté, Et le logeis de mal en bien se mue [E. DESCH., Saison de guerre.]
    Voyant que ceux de la ville estoient par l'autre costé chacun jour refreschis et pourveus de vivres, se deslogea d'illec, et feit bouter les feux par tout le logis [MONSTRELET, t. I, ch. 94, p. 152, dans LACURNE]
    Comme a dit le pape Alexandre qui regne, les François y sont venus [en Italie] avec.... de la croye en la main des fourriers, pour marquer leurs logis, sans autre peine [COMM., VII, 14]
  • XVIe s.
    Contraignant ses gens de dresser leurs tentes, et faire leurs logis aux faulxbourgs [AMYOT, Sertor. 9]
    Voicy arriver un chicaneur avec ses sergens et ses records, qui lui mettent la main sur le collet, pour le mener au logis des gens de pied, là où l'on n'a point la peine de fermer les portes [la prison] [BOUCHET, Serées, liv. I, p. 91, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Loger. La forme primitive est logeis, fait sur le modèle des adjectifs latins en aticius.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • LOGIS. Ajoutez : - REM. Maréchal des logis correspond, dans les troupes à cheval, à sergent dans les troupes à pied ; et maréchal des logis chef à sergent-major.

logis

LOGIS. n. m. Endroit où l'on demeure. Il ne s'emploie plus guère que dans des expressions comme : Ne bouger du logis. Demeurer au logis. Le maître du logis.

Corps de logis. Voyez CORPS.

Maréchal des logis. Voyez MARÉCHAL.

Fig. et fam., La folie du logis, se dit de l'Imagination, de la fantaisie.

logis

Logis, Habitatio, Mansio, Sedes, Stabulum, Tectum.

Logis à recueillir les estrangiers qui sont nos amis et alliez, Hospitium.

Un logis pour les passans, Diuersorium, Diuerticulum, Taberna diuersoria.

Petit logis et hostellerie, Diuersoriolum.

Le logis du Preteur, Praetorium

Logis estranges, qui ne sont point hantez, ou esquels il n'est point seur de loger, Inhospita tecta.

Changer de logis, Migrare, Demigrare, Exire in alias domos.

Cercher et se pourvoir de logis, Domicilium comparare.

Vous avez dit que son logis où il demeure luy avoit cousté trente mille, Triginta millibus dixistis eum habitare.

logis


LOGIS, s. m. [Logi et devant une voyèle, logiz.] 1°. Habitation, maison. "Garder le logis: demeurer au logis. "Ne bouger du logis. = 2°. La maison de celui qui parle. "On m'atend au logis. "Il y a long-tems que vous n' êtes venu au logis. = 3°. Hôtellerie. "Bon logis à pied et à cheval. Inscription de plusieurs Hôtelleries. "Le brâs d'or est un bon logis.
   Rem. Il y a quelque diférence entre maison et logis. On dit l'un et l'aûtre d'une maison de la ville; mais on ne peut se servir de logis en parlant d'une maison de campagne. Les honêtes gens disent: il est venu au logis: il a diné au logis. Il n'y a que le peuple, qui dise: il est venu à la maison. BOUH. L'usage a donc changé. C'est tout le contraire aujourd'hui. Les gens du monde ne disent jamais le logis, mais la maison. La petite bourgeoisie et le peuple disent le logis. MARIN. = On dit, faire maison neuve, mais on ne dit pas faire logis neuf, et encôre moins faire son logis neuf; puisqu' on ne dirait pas même, faire sa maison neuve. BOILEAU avait dit dabord:
   * Et, que dans son logis fait neuf, en son absence.
Mais il changea ce vers dans la suite. St. Marc.

Synonymes et Contraires

logis

nom masculin logis
Littéraire. Endroit où l'on habite.
Traductions

logis

casa

logis

[lɔʒi] nm
(= chez-soi) → home
rentrer au logis → to go home
voir aussi sans-logis
(= logement) → dwelling
quelques logis insalubres → a few miserable dwellings