logographe

LOGOGRAPHE

(lo-go-gra-f') s. m.
Nom donné chez les Grecs, de Cadmus de Milet jusqu'à Hérodote, aux premiers prosateurs qui furent en même temps les premiers historiens.
Celui qui a composé un glossaire.
Le Logographe, titre d'un journal, grand in-folio, qui rendait un compte détaillé des séances législatives (1791-1792).
Celui qui écrit aussi vite que la parole. On dit plutôt sténographe.

ÉTYMOLOGIE

  • En grec, terme dérivé de récit réel, par opposition à légende poétique, et verbe grec signifiant écrire.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    LOGOGRAPHE. Ajoutez :
    À Athènes, rhéteur qui composait des discours, des plaidoyers pour un autre.
    On lira d'ingénieuses conjectures sur le soin que devait s'imposer le logographe d'apprendre lui-même à son client comment débiter le discours qu'il lui fournissait [G. PERROT, Rev. critique, 16 déc. 1876, p. 380]

logographe

LOGOGRAPHE. n. m. T. de Littérature ancienne. Les premiers prosateurs et historiens grecs. Hérodote trouva des matériaux pour son histoire dans les écrits des logographes.

Il se disait aussi des Rhéteurs composant des plaidoyers pour des accusés qui les lisaient devant le tribunal.