longuet, ette

LONGUET, ETTE

(long-ghè-t') adj.
Qui a une forme un peu allongée.
Les blés, les orges, les avoines.... N'ont-elles pas leurs pailles blondes Ensemble longuettes et rondes ? [, Le cabinet satyrique, 1623, p. 656, dans FR. MICHEL, Argot]
Ce corps longuet et charnu était composé de deux pièces qui paraissaient faites pour s'emboîter l'une dans l'autre comme les tuyaux d'une lunette à longue vue [BONNET, Observ. 39, Insectes.]
Terme familier. Qui est un peu trop long, qui dure un peu trop longtemps. Son discours a été longuet, un peu longuet.
S. m. Marteau dont le facteur de pianos se sert pour enfoncer les petites chevilles qui retiennent les cordes.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Bieles espaules, mains longetes, Grailes dois et biaus bras en mances [, Lai d'Ignaurès]
  • XIVe s.
    L'esplain [la rate] a forme longuete [H. DE MONDEVILLE, f° 27, verso.]
    Ung muscle longuet [LANFRANC, f° 28]
  • XVe s.
    Le visage de beau tour, un peu longuet, grant front et large [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, 17]
  • XVIe s.
    Si vous avez esté un peu longuets à venir disner, vous en avez gagné absolution par le jeune qu'en avez fait [YVER, 553]
    Ses discours qui feurent longuets [MONT., Lettre v.]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de long.