loué, ée

LOUÉ, ÉE1

(lou-é, ée) part. passé de louer 1
Donné ou pris à bail. Un appartement loué trop cher.

LOUÉ, ÉE2

(lou-é, ée) part. passé de louer 2
Dont le mérite a été relevé par des paroles.
Béni de Dieu, honoré des rois, aimé des peuples et loué même des pécheurs [FLÉCH., Panég. II, 468]
Nous louons ce qui est loué, bien plus que ce qui est louable [LA BRUY., XII]
Les princes, loués sans fin et sans relâche des grands ou des courtisans, en seraient plus vains s'ils estimaient davantage ceux qui les louent [ID., IX.]
Un bon prince est toujours assez loué d'être aimé [MASS., Or. fun. Dauphin.]
Substantivement.
Le louant [Condorcet] est plus véritablement philosophe que le loué [Pascal] [VOLT., Mél. litt. Avertissem. Pensées de Pascal.]
Dieu soit loué ! sorte d'exclamation par laquelle on témoigne son contentement.
Le ciel en soit loué ! - J'en ai la joie au cœur [MOL., F. sav. V, 5]
Par plaisanterie.
Voltaire en soit loué ! chacun sait au Parnasse Que Malherbe est un sot et Quinault un Horace [GILB., Le 18e s.]