loustic ou loustig

LOUSTIC ou LOUSTIG

(lou-stik ou lou-stigh) s. m.
Bouffon qui existait dans les régiments suisses au service de France avant 92 ; ses fonctions consistaient à distraire les soldats, à les égayer, à les préserver de la nostalgie.
Dans une marche, quand le loustig a ri, toute la colonne rit, et demande : qu'a-t-il dit ? [P. L. COUR., 2e lettre particulière.]
Par extension, plaisant de caserne, homme qui amuse, qui fait rire par de grosses plaisanteries.
Un plaisant (c'était apparemment le loustig du parti janséniste) mit ces vers au bas de l'estampe [VOLT., Dict. phil. Sottise des deux parts.]
Ce monsieur du journal m'appelle loustic, et c'est là-dessus que je le prends : il dit, et croit bien dire, parlant de moi, le loustic du parti national, et fait là une faute sans s'en douter, le bonhomme ! ce mot est étranger ; lorsqu'on prend le mot des puissances étrangères, il ne faut pas le changer ; les puissances étrangères disent loustig, non loustic, et je crois même qu'il ignore ce que c'est que le loustig dans un régiment Teustche ; c'est le plaisant, le jovial qui amuse tout le monde et fait rire le régiment, je veux dire les soldats et les bas officiers ; car tout le reste est noble, et, comme de raison, rit à part [P. L. COUR., 2e lettre particulière.]

ÉTYMOLOGIE

  • Allem. lustig, gai, jovial, de Lust, plaisir.