lustré, ée

LUSTRÉ, ÉE

(lu-stré, strée) part. passé de lustrer
Qui a passé par le lustre. Étoffe lustrée. Percale lustrée, percale qui a reçu un apprêt qui la rend luisante et ferme. Par extension.
En classe, un banc de chêne, usé, lustré, splendide, Une table, un pupitre [V. HUGO, les Rayons et les ombres, XLIV]
Qui a du lustre.
Le soleil n'altère pas le tissu serré et lustré de la surface supérieure des feuilles [BONNET, Us. feuilles plant. 5e mém.]
Sa robe [du chevreuil] est toujours propre, son poil net et lustré [BUFF., Morc. choisis, p. 178]
Les pennes et les grandes couvertures de l'aile sont d'un noir lustré de vert [ID., Ois. t. XIII, p. 401]
Pendant des heures entières mon attention charmée se fixait sur les œufs brillants et lustrés des oiseaux [CAP., Audubon, p. 4]