mâchecoulis ou mâchicoulis

MÂCHECOULIS ou MÂCHICOULIS

(mâ-che-kou-lî ou mâ-chi-kou-lî) s. m.
Terme de fortification. Nom donné à de certaines galeries saillantes, dans les vieux châteaux, et aux anciennes portes des villes, avec ouvertures, d'où l'on apercevait le pied des ouvrages, et d'où l'on jettait des pierres ou autres projectiles pour empêcher qu'on n'en approchât.
Se piquer d'avoir un ancien château à tourelles, à créneaux et à mâchecoulis [LA BRUY., VIII]
Ces châteaux du vieux temps avec des mâchicoulis, des souterrains [CHATEAUB., Génie, II, I, 5]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Les murs de devers la terre sont très gros et hauts, et dessus y a barbacannes et machicolies, et au dehors faux murs et fossez [J. CHARTIER, Hist. de Charles VII, p. 272, dans LACURNE]
    Macioliz [MONSTRELET, dans DU CANGE, machicolamentum.]
  • XVIe s.
    Elle a les dents à maschecoulis, le haut defendant le bas [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. machicollamentum, machocolladura ; anglais, machicolation, l'action de verser, dans les châteaux, des substances chaudes à travers les ouvertures sur les assiégeants. En conséquence, ce mot doit contenir coulis, qui glisse, qui est disposé pour laisser glisser (voy. COULISSE) ; mais la première partie du mot est ignorée.