mâtin

Recherches associées à mâtin: cancres, haire, lippée, marri

1. mâtin

n.m. [ du lat. mansuetus, apprivoisé ]
Gros chien de garde.

2. mâtin

interj.
Fam., vx Marque l'étonnement, l'admiration : Mâtin, quelle belle robe ! bigre

MÂTIN

(mâ-tin) s. m.
Gros chien servant ordinairement à garder une cour, à suivre les chevaux, etc.
Mais il fallait livrer bataille, Et le mâtin était de taille à se défendre hardiment [LA FONT., Fabl. I, 5]
Tous les gens querelleurs jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun, étaient de petits saints [ID., ib. VII, 1]
Le mâtin, le lévrier, le grand danois et le chien d'Irlande ont, outre la ressemblance de la forme et du long museau, le même naturel ; ils aiment à courir, à suivre les chevaux, les équipages ; ils ont peu de nez, et chassent plutôt à vue qu'à l'odorat [BUFF., Quadrup. t. I, p. 356]
Terme d'injure populaire. Mâtin, mâtine, celui, celle qu'on assimile à un mâtin, à un chien.
Souffrirons-nous, braves gens que nous sommes, Qu'un pirate à nos yeux se gorge de butin, Qu'il traite comme esclave une beauté divine ? Allons tirer notre voisine D'entre les griffes du mâtin [LA FONT., Fianc.]
Ah chien ! ah double chien ! mâtine de cervelle, Ta persécution sera-t-elle éternelle ? [MOL., l'Ét. V, 1]
Ah ! mâtine, Nous vous y surprenons en faute contre nous [ID., Sganar, 6]
Dites que le second [Ésope], bâti tout de travers, Est le plus laid mâtin qu'ait produit l'univers [BOURSAULT, Fabl. d'Ésope, I, 4]
Il n'y a jamais eu de sultane si orgueilleuse que le plus vilain mâtin ne l'est de la blancheur olivâtre de son teint, lorsqu'il est dans une ville du Mexique [MONTESQ., Lett. pers. 78]
Mâtin se dit aussi des chiens de race hybride.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Grant route de chiens uns et autres, Mastins et gousses et grans viautres [DU CANGE, mastinus.]
    Girons-nous donc as chans ainsi comme mastins ? [H. DE VALENC., XVIII]
    Costant apele son mastin, Que l'en apeloit mal voisin [, Ren. 1663]
    Cils qui avoit le cuer orgueilleus et mastin, Jeu de dez [JUBINAL, t. II, p. 230]
  • XIVe s.
    À mort me mettera li chiens mastin tirans [, Guesclin. 16634]
  • XVe s.
    Estoient là destranchés nos feaulx chrestiens à tous grands gisarmes par ces mastins Sarrasins, en la presence du comte de Nevers, à ses yeux voyans [, Bouciq. I, 25]
  • XVIe s.
    De me mesler avec la concubine à mon vieil pere, à fin que la mastine En eust après en haine le vieillard ; Ce que je creus, et feus lasche paillard [AMYOT, Comm. lire les poëtes, 31]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. masti, mausti ; catal. mastí ; espagn. mastin ; portug. mastim ; ital. mastino ; angl. mastiff. Il y a en italien masnada, qui signifie logis ; Diez suppose un dérivé masnadino, d'où, par contraction, mastino ; de sorte que le mastino signifierait celui qui est de la maison, et, en particulier, le chien de garde. Cette étymologie est possible ; cependant il faut admettre alors que c'est l'italien qui a fourni ce mot aux autres langues romanes ; ce qui n'est pas prouvé. Puis il faudrait quelque trace du mot avant la contraction.

matin

MATIN. n. m. La première partie, les premières heures du jour. Il se lève de bon matin, de grand matin. La prière du matin. Le crépuscule du matin. Dès le matin. Adverbialement, Il s'est levé matin, fort matin, très matin. Faire sa prière matin et soir. Soir et matin. On dit Demain au matin et, plus ordinairement, Demain matin.

Fam., Un de ces matins, un beau matin, se dit d'un Jour, d'un temps qui n'est pas déterminé. J'irai vous voir un de ces matins. Il nous arriva un beau matin.

Fig. et poétiquement, Le matin de la vie, Les premières années de la vie. On dit, dans le même sens, Être dans son matin, à son matin.

Fig. et fam., Il faut se lever bien matin pour l'attraper, Il est toujours sur ses gardes, on ne saurait le surprendre.

Prov., Rouge au soir, blanc au matin, c'est la journée du pèlerin, Le ciel rouge le soir et blanc le matin présage un beau temps.

MATIN signifie aussi Tout le temps qui s'écoule depuis le moment où on se lève jusqu'au repas du milieu du jour. Il travaille tout le matin, et l'après-midi il se repose. Il reste chez lui, il reçoit le matin.

Il signifie encore Tout le temps qui s'écoule depuis minuit jusqu'à midi. Une heure, deux heures, trois heures du matin, et ainsi de suite, jusqu'à onze heures du matin.

mâtin

MÂTIN. n. m. Gros chien de garde.

Fig. et fam., il s'emploie pour désigner un Enfant qui a fait preuve de malice ou de hardiesse. Ah! le mâtin!

MÂTIN est aussi une exclamation populaire qui exprime la Surprise, l'étonnement.

matin

Matin, m. Tempus matutinum, Mane.

Le fin matin, Prima lux.

Dés le fin matin, Luce prima.

Fort matin, Multo mane.

Une requeste presentée et rapportée du grand matin, Supplicatio antelucana. Bud.

mâtin


MâTIN, s. m. MATIN, adv. et s. m. [Ces deux mots difèrent par l'ortogr. la prononciation et la signification. Dans le 1er, l'â est long et doit porter un accent circonflexe. Dans le 2d, l'a est bref, et ne doit point avoir d'accent: mâ-tein, ma-tein.] Mâtin, espèce de chien de garde. "Gros ou petit mâtin. = Le Proverbe dit qui a bon voisin a bon mâtin, parce qu' il est bien gardé. Plusieurs disent en ce sens, bon matin, mais mal. — Furetière, Richelet et l'Académie étaient tombés dans cette méprise. L'Auteur de l' Apothéose du Dict. de l'Académie la relève. Elle s'est corrigée dans les éditions subséquentes. Mâtin est aussi un mot injurieux et populaire. "Tais-toi mâtin; gros mâtin, vilain mâtin.
   MATIN, les premières heures du jour. "Il faut prier Dieu le matin et le soir. "Se lever de bon matin, de grand matin. = Il est aussi adverbe de tems, et susceptible de degrés~ de comparaison. "Plus matin, très-matin, le plus matin que vous pourrez, etc. — Il s'unit aussi à quelques adverbes, comme trop, aussi, fort, etc. trop matin, aussi matin qu'hier, fort matin, etc. = 1°. Matin se place toujours après le verbe, même dans les tems composés. "Il est venu fort matin, et non pas, il est fort matin venu. = 2°. Le matin et le soir sont aussi des espèces d'adverbes. Je travaille le matin, je sors le soir. Boileau dit:
   Il condamne au matin les sentimens du soir.
C'est sans doute la contrainte de la mesûre qui a forcé le Poète à se servir de cette expression. En prôse, il faut dire, il condamne le matin, etc. = 3°. Avec demain on dit matin, ou au matin: tous deux sont bons, mais le premier est plus usité. Demain au matin, dit l'Acad. et plus ordinairement demain matin. "Je viendrai demain au matin, ou mieux, demain matin. Mais avec jusque on doit toujours dire matin. "Jusqu'à demain matin, et non pas, jusqu' à demain au matin. Vaug. = 4°. Il faut dire de grand matin, et non pas du grand matin, comme on le dit dans les Remarques de Racine le fils, sur les Tragédies de son père. — Dans un pieux Biographe, on voit, se lever du matin, pour se lever matin. — Cependant avec le plus l'art. indéf. du va fort bien. "Je suis venu du plus grand matin, ou le plus grand matin que j'ai pu. — Avec très il faut dire de. "Je suis venu de très-grand matin. — * Un Auteur moderne dit: au plus matin, pour du plus grand matin. C'est un barbarisme. = 5°. On dit: le jour étant venu, la nuit étant venûe; mais on ne le dit pas du matin, ni du soir. La raison qu'en done Bouhours c'est qu'on regarde cette première clarté qui fait le jour, et cette première obscurité qui fait la nuit, comme quelque chôse d'indivisible; mais il n'en est pas de même du matin et du soir. Aussi-tôt que le matin fut venu, la barque étoit au milieu de la mer. Nouv. Test. Il fallait: aussitôt que le jour fut venu. BOUH. = 6°. Du matin au soir se dit quelquefois pour depuis le matin jusqu'au soir, et il est même plus usité et plus élégant. = 7°. On dit au figuré, le matin de la vie, la jeunesse.
   Persuadé que l'harmonie
   Ne verse ses heureux présens
   Que sur le matin de la vie
       Gresset.
= 8°. Se lever matin c'est, dans le st. fig. famil. être diligent. "Malheureûsement pour moi, Mde. de Nevers s'étoit levée aussi matin qu'elles; elle arriva un moment après ces Dames, qui s'en allèrent quand elle entra. Mde de Coulanges. "Il faudroit vous lever bien matin pour égaler cet homme, ou pour le surprendre. = On dit aussi figurément, trop matin, pour, trop tôt. "Vous avez fort envie d'aller à Grignan. Je sais vos raisons: sans cela je vous dirois qu'il est bien matin (c'était au mois de Mars) vous trouverez encôre la bise en furie. Sév.

Synonymes et Contraires

mâtin

nom masculin mâtin
Vieux. Personne espiègle.
Traductions

mâtin

Ried

mâtin

mastiff