mécompte

(Mot repris de mécomptes)
Recherches associées à mécomptes: faire long feu

mécompte

[ mekɔ̃t] n.m.
Sout. Attente, espérance trompée : Vous allez devoir surmonter ce mécompte déception, désenchantement, désillusion

MÉCOMPTE

(mé-kon-t') s. m.
Erreur dans un compte, dans une supputation.
Je ne sais s'il y a du mécompte en notre calcul [BALZ., liv. II, lett. 5]
Des mécomptes de chronologie ne ruinent point la vérité d'un fait [VOLT., Dict. phil. Abraham, 3]
Le célèbre maréchal de Saxe tomba dans le même mécompte [sur les frottements et les pertes de force], quand il construisit une galère qui devait remonter la rivière de Seine en vingt-quatre heures, par le moyen de deux chevaux qui devaient faire mouvoir des rames [ID., Dict. phil. Force physique.]
Manque dans une somme d'argent.
Car il trouvait toujours du mécompte à son fait [LA FONT., Fabl. XII, 3]
S'il ne l'eût dite [l'oraison de Saint-Julien], il eût trouvé mécompte à son argent, et mal passé la nuit [ID., Orais.]
Après la perte de la santé que je mets toujours avec raison au premier rang, rien n'est si fâcheux que le mécompte et le dérangement des affaires [SÉV., 3 avr. 1680]
Par extension, toute espèce d'erreurs, de méprises (sens qui n'est guère usité).
Il fallait relever tous les mécomptes dont cet ouvrage fourmille [le Testament politique du cardinal de Richelieu] [VOLT., Mél. hist. Mensonges impr. XVIII]
Fig. Espérance déçue, idée fausse ou exagérée qu'on s'est faite d'une chose.
Les réflexions que vous faites sur le mécompte éternel de nos projets sont fort raisonnables [SÉV., 6 oct. 1680]
Un roi, quelque bon et sage qu'il soit, tombe chaque jour dans quelque mécompte, tantôt par ses passions et tantôt par celles de ses ministres [FÉN., Tél. XI]
Excusant les fautes, réparant les mécomptes [ID., ib. XX]
Tous nos mécomptes sont venus de l'idée que nous avions conçue de vous dans votre jeunesse [ID., Dial. des morts mod. Dial. 15]
Ce qui fait souvent le mécompte d'un écrivain, c'est qu'il croit rendre les choses telles qu'il les aperçoit ou qu'il les sent [VAUVENARGUES, Max. VII]
Les idées exagérées et romanesques ont produit plus d'erreurs, de mécomptes et de malheurs que les passions les plus violentes et les plus dangereuses [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 16, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    S'ainsi n'est que cil qui rechurent le conte metent avant mesconte ou deschevance, car adont convenroit-il que li contes fust recordés [BEAUMANOIR, L, 6]
  • XIVe s.
    Mais s'elle n'y est, c'est mescompte, Et l'on n'en retire que honte [, Trait d'alch. 467]
  • XVIe s.
    L'indiscrette et prodigieuse facilité des peuples à se laisser mener et manier la creance et l'esperance, où il a pleu et servi à leurs chefs, par dessus cent mescomptes les uns sur les aultres, par dessus les phantosmes et les songes [MONT., IV, 161]

ÉTYMOLOGIE

  • Mes.... préfixe, et compte ; provenç. menescompte.

mécompte

MÉCOMPTE. n. m. Espérance trompée, idée fausse ou exagérée qu'on s'est faite d'une chose. Il a éprouvé dans ses affaires de grands mécomptes. Cette entreprise ne lui a apporté que des mécomptes.

mécompte


MÉCOMPTE, s. m. SE MÉCOMPTER, v. réc. [méconte, : 1re é fer. 2e long. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Ceux qui écrivent conte, conter, au lieu de compte, compter, écrivent aussi méconte, méconter: ils font une lourde faûte. = Mécompte, au propre, erreur de calcul dans compte. Se mécompter, se tromper dans un compte, dans un calcul. "Il y a du mécompte dans votre calcul. "Vous vous êtes mécompté. = Au figuré, ils se disent de ceux qui sont trompés dans leurs espérances. "Il a trouvé bien du mécompte. "Il s'est fort mécompté dans cette afaire. Il croyoit y faire un grand profit; et il a eu de la perte. = On dit aussi se mécompter (se tromper) dans un raisonement.
   Rem. Fénélon dit tomber dans un mécompte. "Il tombe toujours dans quelque mécompte, tantôt par ses passions, tantôt par celles de ses Ministres. Télém. — Cette expression ne parait pas adoptée par l'usage; mais je n'oserais la blâmer.

Synonymes et Contraires

mécompte

nom masculin mécompte
Littéraire. Espérance déçue.
Traductions

mécompte

[mekɔ̃t] nm
(= erreur) → miscalculation
(= déception) → disappointment