méprisé, ée

MÉPRISÉ, ÉE

(mé-pri-zé, zée) part. passé de mépriser
La bonté de Dieu si indignement méprisée [par le pécheur] [BOSSUET, 2e panég. saint Franç. de Paule, I]
Sur le haut Hélicon leur veine méprisée Fut toujours des neuf sœurs la fable et la risée [BOILEAU, Disc. au roi.]
Hélas ! tout est fini : Roxane méprisée Bientôt de son erreur sera désabusée [RAC., Bajaz. I, 4]