mériter

mériter

v.t.
1. Être digne de récompense ou passible de châtiment : Ce film mérite un prix. Vous avez mérité de prendre quelques jours de repos. Ce site mérite le détour valoir
2. Donner lieu à ; légitimer : Votre étrange attitude mérite une explication exiger
3. Être digne de qqn, de vivre à ses côtés : Il ne mérite pas sa femme.
v.t. ind.
Bien mériter de,
avoir droit à sa reconnaissance : Ce médecin a bien mérité de l'humanité.

MÉRITER

(mé-ri-té) v. a.
Être digne de, en parlant des personnes.
Et concevez enfin des vœux plus élevés, Pour mériter les biens qui vous sont réservés [CORN., Nicom. I, 2]
Je m'en vais seul au temple où leur hymen s'apprête, Où vous n'osez aller mériter ma conquête [RAC., Andr. IV, 3]
Vous méritiez, ma fille, un père plus heureux [ID., Iphig. II, 3]
L'on croit mériter les bons succès, mais n'y devoir compter que fort rarement [LA BRUY., XI]
Mériter de, avec l'infinitif. Il mérite d'être protégé.
Plus vous me commandez de vous être infidèle, Madame, plus je vois combien vous méritez De ne point obtenir ce que vous souhaitez... [RAC., Bajaz. II, 5]
Mériter que, avec le subjonctif.
Songeons que ce sacrifice [la messe].... serait inutile à la reine, si elle n'avait mérité par sa bonne vie que l'effet en pût passer jusqu'à elle [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Mériter une femme, l'obtenir en raison de son mérite.
Pendant que tant de naissance, tant de biens, tant de grâces qui l'accompagnaient lui attiraient les regards de toute l'Europe, le prince Édouard de Bavière.... la mérita [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Absolument, mériter beaucoup, être digne de récompense par ses talents par ses services. Cet homme mérite beaucoup. Bien mériter de, rendre de grands services à.
On coupait la tête à un vieillard vénérable, lorsque j'arrivai à la Haie ; c'était la tête chauve du premier ministre Barnevelt, l'homme qui avait le mieux mérité de la république [VOLT., Scarmentado.]
Ah ! Wallstein de nous deux avait bien mérité [BENJ. CONST., Wallstein, II, 8]
Il a bien mérité de la patrie, mention que la Convention et la Constituante de 1848 décernaient comme une suprême récompense à des armées victorieuses ou à des hommes qui s'étaient signalés par quelque grand service. On dit aussi quelquefois mériter tout seul au sens de bien mériter.
Descartes a mérité de l'astronomie pour avoir découvert la force centrifuge [BAILLY, Hist. de l'astron. mod. IV, § 20]
En mauvaise part, encourir, attirer sur soi. Mériter une punition.
Il est bien plus juste de conserver à tant de personnes que vous avez décriées la réputation de piété qu'ils ne méritent pas de perdre, que de vous laisser la réputation de sincérité que vous ne méritez pas d'avoir [PASC., Prov. X]
Hélas ! si jeune encore Par quel crime ai-je pu mériter mon malheur ? [RAC., Esth. I, 5]
Ils [les enfants] savent précisément et mieux que personne ce qu'ils méritent [en fait de châtiment], et ils ne méritent guère que ce qu'ils craignent [LA BRUY., XI]
Il se dit des choses qui font obtenir quelque grâce, quelque récompense. Cette action mérite récompense.
Et cette ressemblance, où son courage aspire, Mérite mieux que toi de gouverner l'empire [CORN., Héracl. I, 2]
Il [Coligny] appelait de loin le jeune Téligny ; Téligny, dont l'amour a mérité sa fille [VOLT., Henr. II]
Cette nouvelle mérite confirmation, elle a besoin d'être confirmée.
Absolument. Avoir du mérite, être digne.
Le plus grand des maux est les guerres civiles ; elles sont sûres si on veut récompenser les mérites ; car tous diront qu'ils méritent [PASC., Pens. V, 3, éd. HAVET.]
Être méritoire.
Plus elle [la mort] est volontaire, et plus elle mérite [CORN., Poly. II, 6]
Ce ne sont ni les austérités du corps, ni les agitations de l'esprit, mais les bons mouvements du cœur qui méritent [PASC., Lett. à Mlle Roannez, 6]
Mériter quelque chose à quelqu'un, se dit de ce qui nous fait obtenir quelque avantage.
Sa justice, sa prudence, la facilité qu'il apportait aux affaires, lui méritaient la vénération et l'amour de tous les peuples [BOSSUET, le Tellier.]
Jésus-Christ, pour nous mériter la rémission de nos crimes... [ID., 3e sermon, Passion, 2]
Comment voulez-vous qu'Érophile, à qui le manque de parole, les mauvais offices, bien loin de nuire, ont mérité des grâces et des bienfaits.... [LA BRUY., XI]
En mauvaise part.
Avant que de César la trame soit coupée, Il faut que son orgueil lui mérite aux enfers Tout ce qu'on lui prépare et d'opprobre et de fers [BRÉBEUF, Phars. VI]
Être assez important pour.... en parlant soit des choses, soit des personnes.
Ce que le prince fit ensuite mériterait d'être raconté à toute la terre [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Examinons ce bruit, remontons à sa source ; S'il ne mérite pas d'interrompre ma course, Partons.... [RAC., Phèdre, II, 6]
Si ton sang méritait qu'on daignât le répandre.... [VOLT., Œdipe, III, 4]
Il ne méritait pas de tomber sous ma main [ID., Sémiram. V, 8]
Se mériter, v. réfl. Être mérité.
....Ces bienfaits dont j'ose me vanter, Par des vers immortels ont dû se mériter [BOILEAU, Ép. V]
Être dignes l'un de l'autre.
Par des droits secrets que le ciel avait décidés, la princesse du monde la plus parfaite [la jeune Marie-Thérèse] appartenait déjà au plus grand des rois [le jeune Louis XIV] ; ils travaillaient, sans y penser, à se plaire et à se mériter l'un l'autre [FLÉCH., Mar.-Thér.]

REMARQUE

  • J. J. Rousseau écrit : Les petits événements de mon voyage ne méritent pas, madame, de vous en occuper, Lett. à Mme de Boufflers, 5 avr. 1766. La phrase est incorrecte ; il faut : que vous vous en occupiez.

SYNONYME

  • MÉRITER, ÊTRE DIGNE. On a essayé d'établir la synonymie entre ces deux expressions, en disant que mériter se rapportait aux actes, et être digne aux qualités. Mais, en examinant les emplois divers, on n'aperçoit aucune nuance sensible entre mériter et être digne ; l'usage les confond sans cesse.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Sans en rien l'avoir merité [COMM., V, 18]
    Vous me pourrez dorenavant très bien servir ; à mon pouvoir, vous le meriterai [LOUIS XI, Nouv. XII]
  • XVIe s.
    En close main, à regret estendue, Don ne merite, et grace est confondue [J. MAROT, V, 193]
    Cestuy Jason avoit bien merité Estre des preux [ID., V, 289]
    [Livre] non sans bien grande et meritée recommandation [MONT., I, 206]
    Il avoit bien merité la honte que l'on luy avoit faitte [AMYOT, Flamin. 37]
    Nous les [les acteurs] voyons ès theatres ne plorer ny ne rire pas à leur plaisir quand ilz veulent, ains quand la matiere de ce qu'ilz recitent le requiert et le merite [ID., Démosth. 31]

ÉTYMOLOGIE

  • Mérite.

mériter

MÉRITER. V. tr. Être digne, se rendre digne de. Il mérite une récompense. Il mérite sa grâce, son pardon. Mériter l'estime, l'amitié, les bonnes grâces de quelqu'un. Il a mérité le prix. Je n'ai pas mérité cet honneur. Il a droit à prendre du repos : il l'a bien mérité. Il mérite tous les éloges. Il mérite d'être encouragé. Il mérite qu'on s'occupe de lui.

Bien mériter de la patrie, des lettres, etc., Rendre de grands services à la patrie, aux lettres.

Absolument, Mériter beaucoup, Être digne de récompense par ses talents, par ses services. Il a beaucoup mérité et peu reçu.

Il se prend aussi en mauvaise part et signifie alors Encourir, attirer sur soi. Il mérite punition, châtiment. Je n'ai pas mérité de vous un si mauvais traitement. Il mérite d'être puni. Il mérite qu'on le punisse.

MÉRITER se dit aussi des Choses et il se prend de même en bonne et en mauvaise part. Cette action mérite récompense, mérite punition. Ce présent mérite bien un grand merci. Ce crime mérite d'être puni, mérite qu'on le punisse. Cet ouvrage mérite votre attention. Votre proposition mérite qu'on y songe. Ce choix mérite réflexion. Cela ne mérite pas qu'on en parle. Cette nouvelle mérite confirmation, Elle n'est pas sûre, elle a besoin d'être confirmée.

Mériter quelque faveur à quelqu'un, se dit de Ce qui fait obtenir une faveur à quelqu'un, de Ce qui est cause qu'on la lui accorde. Les services de son père lui ont mérité cet accueil favorable. La mort de Notre-Seigneur nous a mérité le ciel.

meriter

Meriter, Mereri, Commerere, vel Commereri, Emereri.

Meriter et deservir quelque chose, Promereri.

Meriter d'estre creu, Fidem mereri.

Meriter envers aucun, Demereri.

Je sçay qu'elle a bien gagné et merité que tu ayes memoire d'elle, Scio hanc esse meritam vt memor sis sui.

Je l'aime pour ce qu'il l'a bien merité, Illum merito eius amo plurimum.

Il n'a pas merité que tu le tourmentes, Illi indignum facis.

Il ne l'a pas merité, Haud promeruit.

Qui n'a pas merité d'estre au nombre des hommes, Qui ne liberi quidem hominis numero sit.

Tu l'avois bien merité, Non iniuria tibi illud accidit.

Qui a merité quelque loyer, Dignus praemio.

Qui n'a point merité ne deservi, Immerens.

Tu me tourmentes sans que je l'aye merité, Nullo meo merito me torques, Liu. lib. 22.

Sans l'avoir merité ou deservi, Immerito.

Selon qu'il a merité, Pro merito.

Synonymes et Contraires

mériter

verbe mériter
1.  Avoir droit à.
Traductions

mériter

verdienendeserve, merit, earn, be worthy ofverdienen, toekomen, waardigzijn, waardzijn, dienen, nodig zijn, verdienstelijk zijn, waard zijnindimerecer, merecersemerecerαξίζω, δικαιούμαιmeritare, meritarsiيَسْتَحِقُzasloužit (si)fortjeneansaitazaslužiti・・・に値する받을 만하다fortjenezasłużyćзаслуживатьförtjänaสมควรได้รับhak etmekxứng đáng应得 (meʀite)
verbe transitif
1. être considéré comme devant avoir mériter une récompensesanction
2. valoir, demander mériter réflexion

mériter

[meʀite] vt
[+ récompense, punition] → to deserve
mériter de → to deserve to
Il mérite de réussir → He deserves to succeed.
mériter que ...
Ils méritent qu'on leur retire leur permis → They deserve to lose their licence.
[proposition, oeuvre] [+ réflexion, examen] → to be worth
mériter que ...
un sujet qui mérite qu'on y réfléchisse → a point that is worth thinking about
mériter de ...
un sujet qui mérite d'être approfondi → a point that merits further consideration