mésallier

(Mot repris de mésalliait)

se mésallier

v.pr.
Épouser une personne de classe jugée inférieure : D'après ses parents, elle s'est mésalliée en épousant cet homme.

MÉSALLIER

(mé-za-li-é) , je mésalliais, nous mésalliions, vous mésalliiez ; que je mésallie que nous mésalliions, que vous mésalliez v. a.
Faire faire une mésalliance. Par avarice son père la mésallia. Fig. Abaisser, dégrader.
J'aime mieux être seule et dans l'inaction Que de mésallier ma conversation [BOURSAULT, Fables d'Ésope, I, 6]
Se mésallier v. réfl. Faire une mésalliance.
Je ne suis point née avec si peu de noblesse et de bien, que don Carlos, m'ayant épousée, n'eût pu être à couvert des reproches que l'on fait à ceux qui se mésallient [SCARRON, Rom. com. II, 14]
Il y a quatre cents ans que, dans ma famille, nous sommes gueux de père en fils, pour n'avoir pas voulu nous mésallier [DESTOUCHES, Fausse Agnès, I, 1]
Tous ceux qui tirent vanité de leur naissance ne sont pas toujours dignes de se mésallier [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. 10]
Fig. et familièrement. S'abaisser, déroger.
Cet homme craindrait de se mésallier, s'il fréquentait ses égaux, quand ils sont moins riches que lui [, Dict. de l'Acad.]

ÉTYMOLOGIE

  • Mes... préfixe, et allier.

mésallier

MÉSALLIER. v. tr. Marier à une personne d'une naissance ou d'un rang fort inférieur. Ce tuteur refuse un parti fort riche, pour ne point mésallier sa pupille.

Il est plus souvent employé avec le pronom personnel. Il s'est mésallié. Jamais on ne s'est mésallié dans cette maison.