mésarriver

MÉSARRIVER

(mé-za-ri-vé) v. n.
impers. Tourner mal, avoir une mauvaise issue. Si vous ne changez de conduite, il vous en mésarrivera. Ne faites pas cela, il peut vous en mésarriver.
Il [un danseur de corde] est trop fier de son art, et présume trop de son adresse ; je crains qu'il ne lui en mésarrive à la fin [MARCHANGY, Tristan le voyageur, LXVIII]
S'il mésarrive de moi, si je viens à mourir.
Monseigneur montra une lettre cachetée pour elle [Mlle Choin], pour lui être rendue s'il mésarrivait de lui [SAINT-SIMON, 294, 13]
Il se conjugue avec le verbe auxiliaire être. Il m'en est mésarrivé.

ÉTYMOLOGIE

  • Mes... préfixe, et arriver.

mésarriver

MÉSARRIVER. v. n. impersonnel Il se dit D'un accident fâcheux qui est amené par quelque faute, par quelque imprévoyance. Entreprenez hardiment cette affaire, il ne peut vous en mésarriver. Si vous ne changez de conduite, il vous en mésarrivera. S'il vous mésarrive, ne vous en prenez qu'à vous.

mésarriver


MÉSARRIVER, MÉSAVENIR, v. n. impersonel [Mézârivé; mézaveni: 1re é fer. 2e lon. au 1er, r forte; 3e e muet au 2d.] Ils se disent d'un accident fâcheux qui arrive à la suite de quelque chôse. Ils ne s'emploient qu'à l'infinitif et avec le pronom de la 3e persone. "Il a prévu tout ce qu'il peut en mésarriver, en mésavenir. "Que voulez-vous qu'il en mésarrive, qu'il en mésaviène. "S'il vous mésarrive, ne vous en prenez qu'à vous. = Le 1er est plus usité que le 2d. = Suivant La Touche ces mots se trouvent dans de bons Auteurs: mais ce ne sont pas les plus modernes. Il remarque que l'Acad. disait dabord que le 2d ne se dit que dans le style familier, et que le 1er est plus d'usage; et qu'au contraire dans les éditions suivantes, elle ne distingue point l'usage de mésarriver. — Dans la dernière, elle les met tous deux sans remarque.