mésoffrir

MÉSOFFRIR

(mé-zo-frir) v. n.
Il se conjugue comme offrir. Offrir d'une marchandise moins qu'elle ne vaut. On lui avait mésoffert, il ne voulut pas vendre.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Là n'i ot crestien dont fuit de riens servis, Car cascuns si fuioit com s'il fuit kiens rabis [chien enragé] ; Chellui cui il mesquiet on mesoffre toudis [, Baud. de Seb. XII, 147]
  • XVe s.
    À celui à qui il meschiet, chacun lui mesoffre [FROISS., II, II, 159]

ÉTYMOLOGIE

  • Mes... préfixe, et offrir.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

mésoffrir

MÉSOFFRIR. v. intr. Offrir d'une marchandise moins qu'elle ne vaut. Il est vieux.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

mesoffrir

Mesoffrir, neutr. acut. Combien qu'il semble estre composé de la diction Mes, qui empire la signification du mot auquel elle est accouplée, si ne fait elle tel effect en offrir. Car on peut offrir, et non toutesfois à la juste valeur, ou plus que la chose ne vaut, qui n'est dit Mesoffrir, qui tousjours signifie offrir beaucoup moins que la valeur de la chose: Si qu'il semble estre composé de cet adverbe Moins, mais que l'usage vulgaire en a corrompu la prononciation, disant Mesoffrir pour Moins-offrir, comme si l'on disoit Mesvaleur pour Moinsvaleur.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

mésoffrir


MÉSOFFRIR, ou MÉSOFRIR, v. act. [Mézofri: 1re é fer.] Ofrir un prix, qui est au dessous de la valeur. "Vous mésofrez trop de cette étofe: je ne puis la doner à ce prix. — La Touche dit qu'il est peu usité. Il avoûe pourtant que l'Acad. ne le dit pas de même.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788