méteil

(Mot repris de méteils)

méteil

n.m. [ du lat. mixtus, mélangé ]
Mélange de seigle et de blé semés et récoltés ensemble.

MÉTEIL

(mé-tèll, ll mouillées) s. m.
Mélange de grains de seigle et de froment. Semer du méteil.
On distingue à peine la plante qui porte le chanvre d'avec celle qui produit le lin, et le blé froment d'avec les seigles, et l'un ou l'autre d'avec le méteil ; on se contente de se nourrir et de s'habiller [LA BRUY., VII]
Adjectivement. Blé méteil. Passe-méteil, celui dans lequel il y a deux tiers de froment contre un tiers de seigle.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nus cervoisiers ne puet ne ne doit faire cervoise fors de yaue et de grain, c'est à savoir d'orge, de mestuel et de dragie [, Livre des mét. 30]
  • XVIe s.
    Le meteil est une composition de froment et de segle, ainsi appellée en France, soit à cause de ce que les metaiers en font leur pain de mesnage, ou soit pour estre ce mot derivé du latin metellum. En plusieurs lieux du Languedoc et de la Provence est nommé mescle et coussegail. On seme le meteil quand et en mesme lieu que les froments et segles [O. DE SERRES, 108]
    Six vingts deux livres huict sols tournoys pour la vente de dix huict septiers de farine de mestou [JAUBERT, Gloss. du Berry.]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, metou ; du bas-lat. mistellum, mixtellum, mixtolium, qui vient du lat. mixtum, mêlé (voy. MÊLER).

méteil

MÉTEIL. n. m. Froment et seigle mêlés ensemble. Semer du méteil. Du pain de méteil. Par apposition, Blé-méteil.

Passe-méteil, Blé dans lequel il y a deux tiers de froment contre un tiers de seigle.

méteil


MÉTEIL, s. m. [1re é fer. mouillez l'l finale.] Froment et seigle mélés ensemble. "Semer du méteil. "Pain de méteil.