métré

métré

n.m.
1. Mesure d'un terrain, d'une construction, d'un ouvrage quelconque.
2. Devis détaillé de tous travaux dans le bâtiment.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

MÉTRÉ

(mé-tré) s. m.
Résultat d'un mesurage métrique.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

mètre

MÈTRE. n. m. Il se dit, dans la Versification grecque et dans la Versification latine, d'un Pied déterminé par la quantité, comme le dactyle, le spondée, etc. Le dactyle est un mètre que l'on multiplie lorsqu'on veut exprimer la légèreté, la rapidité.

Il se dit aussi de la Nature et du nombre de pieds nécessaires à la formation de chaque genre de vers. On a fait un traité sur les mètres employés par Horace. Il y a une harmonie propre à chaque mètre. Des vers du même mètre. Changement de mètre.

MÈTRE se dit encore de la Longueur, à la température de 0°, du prototype international, en platine, déposé au Bureau international des Poids et Mesures, à Sèvres. Le mètre est l'unité principale de longueur, il est sensiblement égal à la dix-millionième partie de la distance du pôle à l'équateur.

Mètre carré, Unité de surface équivalant à un carré d'un mètre de côté. Mètre cube, Unité de volume équivalant à un cube d'un mètre de côté.

MÈTRE se dit, par extension, de l'Instrument (règle, ruban d'étoffe ou de métal, etc.) qui reproduit la longueur-type et permet de mesurer.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

metre

Metre, Metrum, Versus.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

mètre


MèTRE, s. m. [1re è moy. 2e e muet.] Autrefois, vers, poésie. On l' emploie encore dans le marotique.
   Maître Vincent, le grand faiseur de lettres,
   Si bien que vous n'eût su prosaïser.
   Maitre Clément, le grand forgeur de mètres,
   Si doucement n'eût su poétiser.
       Rousseau.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788