magnificat

(Mot repris de magnificats)

magnificat

[ maɲifikat ou magnifikat] n.m. inv. [ mot lat., du cantique Magnificat anima mea Dominum, mon âme magnifie le Seigneur ]
1. Dans la religion catholique, cantique de la Vierge Marie chanté aux vêpres : Les fidèles entonnent le magnificat.
2. Musique composée sur ce cantique : Un CD contenant plusieurs magnificat.

MAGNIFICAT

(magh-ni-fi-kat') s. m.
Terme de liturgie catholique. Cantique de la Vierge, qu'on chante à vêpres et au salut, et qui commence par le mot magnificat. Entonner le magnificat.
Seul à magnificat je me vois encensé [BOILEAU, Lutr. I]
Fig. Entonner le magnificat à matines, faire une chose hors de propos. Fig. Corriger le magnificat, et aussi corriger le magnificat à matines, faire des critiques sans fondement. Fig. Gloser sur le magnificat, faire quelque chose de très facile.
Et, pour savoir gloser sur le magnificat, Trancher en leurs discours de l'esprit délicat [RÉGNIER, Sat. X]
Au plur. Des magnificat.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Quant vint au magnificat dire, En cantant oÿ ce vier [verset] lire : Deposuit potentes de sede.... [J. DE CONDET, p. 149]
  • XVIe s.
    J'atteste les muses que je ne suis point ignorant, et ne crie point en langage vulgaire comme ces nouveaux venus qui veulent corriger le magnificat [RONS., 591]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. magnificat, [mon âme] magnifie, loue [le Seigneur] (voy. MAGNIFIER).

magnificat

MAGNIFICAT. (GN se ne mouille pas et on fait sentir le T.) n. m. T. de la Liturgie catholique. Cantique de la Vierge, qu'on chante à vêpres et au salut et qui commence par le mot Magnificat. Entonner le Magnificat.