maillé

MAILLÉ1

(ma-llé, llée, ll mouillées) part. passé de mailler.1
Fait en mailles.
Une grille maillée pour les empêcher de fuir suffira [BUFF., Ois. t. VII, p. 52]
Fer maillé, treillis de barreaux de fer, dont les mailles sont carrées ou en losange.
Les jours de servitude doivent être à fer maillé et à verre dormant. Le propriétaire d'un mur non mitoyen joignant immédiatement l'héritage d'autrui peut pratiquer dans ce mur des jours ou fenêtres à fer maillé et verre dormant [, Cod. Nap. art. 676]
Terme de blason. Couvert d'une cotte de mailles.
Terme d'histoire naturelle. Se dit d'un corps dont la surface offre des lignes formant par leur réunion des figures diverses, que l'on compare aux mailles d'un réseau.
Terme de construction. Maçonnerie maillée, maçonnerie en échiquier et à joints obliques. Substantivement. Le maillé est l'opus reticulatum des Romains.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. MAILLÉ. Ajoutez :
    Terre maillée, nom d'une terre argileuse, en Champagne.
    Champagne : les terres maillées sont très argileuses [HEUZÉ, la France agric. carte n° 5]

maille

MAILLE. n. f. Chaque boucle que forme le fil, la soie, la laine, etc., dans des tissus plus ou moins lâches, comme les tricots. Il y a une maille rompue à votre bas. Deux mailles de ce bas ont coulé. Reprendre, relever une maille. Il se dit également des Noeuds faits de corde, de fil, etc., dans les filets. Les mailles d'un filet. Il y a plusieurs mailles rompues à ce filet.

Il signifie aussi l'Ouverture que les noeuds laissent entre eux. Les mailles de ce filet sont trop grandes, trop larges.

Fig., Passer entre les mailles du filet, Échapper à une surveillance, à des règles, à des prescriptions qui vous sont imposées.

Il se dit en outre de Petits annelets de fer dont on formait des armures, en les entrelaçant les uns dans les autres. Une cotte de mailles.

En termes de Filature, il désigne l'Ouverture pratiquée dans les lisses du métier à tisser, et qui sert à recevoir les fils de la chaîne. Maille à noeuds, à crochets, à coulisses.

Il se dit encore des Marques, des taches qui paraissent sur les plumes du perdreau, lorsqu'il devient fort.

En termes d'Horticulture, il désigne l'Endroit marqué d'une petite tache, d'où sort le fruit, dans les melons et les concombres.

maille

MAILLE. n. f. Ancienne monnaie de billon, au-dessous du denier. Il se dit encore d'une Chose de très petite valeur, dans ces locutions usuelles : N'avoir ni sou ni maille, Être sans argent. Ils ont toujours maille à partir ensemble, Ils ont toujours quelque différend sur peu de chose, comme s'ils avaient une maille à partager. Il a maille à partir avec tout le monde.

maille

Maille, f. penac. Signifie ores une espece de monnoye noire, valant la moitié d'un denier tournois, presque equivalant à l'obole, laquelle en Avignon, Comté de Venice, terres papales, et païs limitrophes, est marquée en la pile de deux clefs. Ore une tache ronde en l'oeil en forme de petite maille, Argema. Comme, Il a la maille en l'oeil, Minus oculatus est. Pour celuy auquel mainte chose passe devant les yeux sans l'appercevoir. Ores la haglure et moucheture du perdreau. Selon laquelle signification l'on dit un perdreau estre desja maillé, quand en grossissant et croissant laditte haglure se monstre à plus d'evidence, Maculis latioribus perdicula interstincta. Combien que Nonius par l'authorité de Varron le face masculin. Ores un cercelet, soit de fer, de laton, or, argent, ou autre metal, propre à lacer, à en faire bourses, gants d'armes et de guerre, jaques et hoquetons, manches, coiffes d'armes, hauberts, et tels habillements de gens de guerre. Selon ce on dit, Il a en laçant laissé une maille entre deux, Annulum intermisit. Un gant de maille, qui sert ou pour saisir à plein poing les armes tranchants de l'ennemi en combatant: pour couvrir celle de l'espée, Chiroteca militaris ferreis annulis supertexta. Jaques de maille. Tunica militaris aut lorica ferreis annulis contexta. Une coiffe de maille, un gorgerin et baniere de maille, dont les hommes d'armes userent jadis. Et ores cette lozenge de fil à claires-voyes, dont les rets et filets sont lacez, Retis macula. Et dont les colets de reseul sont faits et appelez, Retiaculum muliebre, collare, aut potius, humerale maculosum. Selon ce on dit Alier tremaillé, c'est à dire triple de maille, qui est à trois rangs doubles de maille, voyez Tremaille. En toutes lesquelles significations, exceptée la premiere, ce mot François Maille vient de ce Latin, Macula, par syncope de la voyele u, et changement de la lettre c, en l, pour plus aisée pronontiation. Et ainsi peut-on bien rendre, Jacques de maille par Lorica maculosa. Et au cas pareil les autres dessusdits.

maillé

Maillé, m. acut. Est celuy qui est armé d'un Jaques de maille, Loricatus. Selon ce on dit de celuy qui a une querelle, ou se doute d'estre offencé en sa personne, Il est ordinairement maillé, Nunquam non loricatus, siue, lorica maculosa tectus, incedit.