malcontent, ente

MALCONTENT, ENTE

(mal-kon-tan, tan-t') adj.
Qui n'est pas content.
Le galant [le renard] aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Malcontent de son stratagème [LA FONT., Fabl. II, 15]
Afin que personne ne soit malcontent [PASC., Prov. XII]
Les flots de la mer ne sont pas plus agités que son procédé [de Mme de la Troche] avec moi ; elle est contente et malcontente dix fois par semaine [SÉV., 15 avr. 1672]
Le roi avait dit à madame de Maintenon d'un air de colère, qu'il était très malcontent des ducs [SAINT-SIMON, 128, 157]
Substantivement. Un malcontent. Il se dit surtout de ceux qui ont des griefs contre le gouvernement.
Comme la cour ne manque point de malcontents, le duc d'Elbœuf, le duc de Brissac et le marquis de la Boulaye s'offrirent les premiers au parlement [LAROCHEFOUC., Mém. 57]
À la malcontent, s'est dit d'une espèce de coiffure qui consistait à porter les cheveux presque ras, ainsi que les portaient les malcontents du XVIe siècle, parti qui se forma un peu après la Saint-Barthélemy et se groupa autour du duc d'Alençon.

REMARQUE

  • Ce mot vieillit ; mécontent l'expulse.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Puisque je n'y ay rien impetré, Je iray jouer au malcontent [sorte de jeu de cartes] [, Rec. de farces, etc. p. 299]
  • XVIe s.
    Malcontent de l'estroite espargne de son pere [AMYOT, Péricl. 68]
    Le Mustapha contrefait, ralliant tous les mal-contants, en fit une juste armée [D'AUB., Hist. I, 113]

ÉTYMOLOGIE

  • Mal, et content.