maltôte

(Mot repris de maltôtes)

MALTÔTE

(mal-tô-t') s. f.
Impôt levé sous Philippe le Bel, pour la guerre contre les Anglais.
Perception d'un droit qui n'est pas dû.
Toute espèce de perception d'impôts.
Le roi a envoyé dix compagnies du régiment des gardes à Angers, pour y vivre à discrétion, à cause de quelque maltôte que l'on y a voulu imposer, et qu'ils n'ont pas voulu souffrir [GUI PATIN, Lettres, t. II, p. 262]
Ils [les séditieux] le cherchaient [le chancelier] pour immoler, se disaient-ils, cette âme vénale, ce protecteur des maltôtes [LA ROCHEF., Mém. 31]
Je suis bien aise d'avertir le lecteur qu'il y a quantité de pièces impertinentes qu'on fait courir sous mon nom, et entre autre une satire contre les maltôtes ecclésiastiques [BOILEAU, Épîtres, Au lecteur.]
On y avait mis cette maxime [dans un mémoire envoyé à Rome] : " Le clergé doit contribuer aux charges de l'État, quoi qu'en dise l'Ancien Testament ; " on en conclut que l'auteur entendait mieux le langage de la maltôte que celui de la religion [MONTESQ., Esp. XXV, 5]
L'art de la maltôte est toujours inventé après coup et lorsque les hommes commencent à jouir de la félicité des autres arts [ID., ib. XXX, 12]
Ce livre [l'Esprit des lois], plein de grandes vues, attaque la tyrannie, la superstition et la maltôte, trois choses que les hommes détestent [VOLT., Dict. phil. Esprit des lois.]
Le corps des maltôtiers.
Autrefois nom donné au bateau d'octroi sur la Seine à Paris, dit aujourd'hui patache.

REMARQUE

  • 1. Maltôte n'est plus employé comme terme d'administration. Il ne sert plus que comme terme historique ou expression de dénigrement appliquée aux impôts.
  • 2. Dans maltôte, l'accent circonflexe représente l'l d'étymologie (maltolte).

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Il n'avoit en la ville homme de nul mestier, Que il ne convenist maletote paier [, Baud. de Seb. VII, 386]
  • XVe s.
    Il faisoit lever les rentes, les droitures et toutes les maletotes [FROISS., I, I, 65]
  • XVIe s.
    Ces levées, qui estoient quelque fois extraordinaires, furent anciennement appelées maletoultes, comme si le peuple eust voulu dire qu'elles estoient mal prises [PASQ., Recherch. l. VIII, p. 718, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-latin, mala tolta, de malus, mauvais, et tolta, prise, de tollere, enlever (voy. TOLLÉ). La forme maletote montre que c'est mala tolta et non male toltus.

maltôte

MALTÔTE. n. f. Il se disait d'un Impôt levé extraordinairement.

Il signifie plus ordinairement Perception d'un droit qui n'est pas dû, qui n'est pas légal. Par abus, on a appelé de ce nom Toute espèce de perception d'impôts.

maltôte


MALTôTE, s. fém. MALTôTIER, s. m. Ils se disent d'une exaction indûe, et de celui qui la fait. On le dit abusivement de ceux qui lèvent les impositions. = On écrivait autrefois maletôte, maletôtier. D'autres disent même maltoute, maltoutier.