maltraité, ée

MALTRAITÉ, ÉE

(mal-trè-té, tée) part. passé de maltraiter
Qui a reçu de mauvais traitements.
Quoi, vous vous offensez d'Hypsipyle quittée ! D'Hypsipyle pour vous à vos yeux maltraitée [CORN., Tois. d'or, IV, 3]
Narbal, maltraité par le père, ne laissa pas d'aimer le fils et de veiller à ses intérêts [FÉN., Tél. VIII]
Les pontifes de Rome [les papes] ainsi adorés et maltraités ressemblaient aux idoles que les Indiens battent pour en obtenir des bienfaits [VOLT., Mœurs. 48]
Fig.
Vous n'êtes pas encor si maltraité du sort Que vous soyez réduit à désirer la mort [MAIRET, Sophon. I, 3]
Il se dit, en un sens analogue, des rigueurs d'une maîtresse.
Clitandre : Est-ce que de ses vœux Célimène t'a fait quelques secrets aveux ? - Acaste : Non, je suis maltraité [MOL., Mis. III, 1]