mandarin

(Mot repris de mandarins)

mandarin

n.m. [ mot port., du malais ]
1. En histoire, titre donné aux fonctionnaires de l'Empire chinois, choisis par concours parmi les lettrés.
2. Péjor. Personnage important et influent dans son milieu ; professeur d'université : Les mandarins de la médecine.
3. En linguistique, forme dialectale du chinois, qui sert de base à la langue commune officielle actuelle.

MANDARIN

(man-da-rin) ,
S. m. Titre que l'on donne aux officiers civils et militaires de la Chine et qui est étranger à la langue chinoise. Arbre des mandarins, arbre propre à la Cochinchine, du port et de l'aspect de nos tilleuls et donnant une sorte de grenade blanche à pulpe granulée et miellée.
Adj. Le dialecte mandarin, la langue mandarine, nom donné à la langue actuellement parlée et écrite en Chine par les classes cultivées.

ÉTYMOLOGIE

  • Mot portugais, que les uns tirent du latin mandare, mander, ordonner, et que les autres regardent comme un mot indien corrompu du sanscrit mantrin, conseiller, ministre ; cette dernière étymologie est plus probable.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MANDARIN. Ajoutez :
    Canard mandarin, canard originaire de Chine, à beau plumage.
    Fig. Tuer le mandarin, commettre une mauvaise action, dans l'espérance qu'elle ne sera jamais connue. Cette locution provient de cette phrase-ci attribuée à J. J. Rousseau par Balzac et Protat, voy. Courrier de Vaugelas, 1er oct. 1876, p. 66 : S'il suffisait, pour devenir le riche héritier d'un homme qu'on n'aurait jamais vu, dont on n'aurait jamais entendu parler, et qui habiterait le fin fond de la Chine, de pousser un bouton pour le faire mourir, qui de nous ne pousserait ce bouton et ne tuerait le mandarin ? Le même Courrier de Vaugelas cite une phrase très analogue de Chateaubriand : Je m'interroge, je me fais cette question : si tu pouvais, par un seul désir, tuer un homme à la Chine et hériter de sa fortune en Europe, avec la conviction surnaturelle qu'on n'en saurait jamais rien, consentirais-tu à former ce désir ? Génie du christ. 1re part. VI, 2.

mandarin

MANDARIN. n. m. Titre par lequel on désigne tous les officiers civils et militaires de Chine. Il y a des mandarins lettrés et des mandarins militaires.

Figurément et ironiquement, Mandarin se dit d'un Lettré ou d'un savant muni de titres et de grades officiels. Prov. et fig., Tuer le mandarin, Nuire, avec la certitude de l'impunité, pour en recueillir des avantages, à une personne qu'on est assuré de ne pouvoir connaître.

Traductions

mandarin

Mandarin

mandarin

mandarin

mandarin

mandarínština, vysoký státní úředník

mandarin

mandareno

mandarin

mandarin

mandarin

, 普通话, 内务官员

mandarin

mandarin

mandarin

virkamies

mandarin

dužnosnik

mandarin

mandarino

mandarin

上級官吏

mandarin

관료

mandarin

byråkrat

mandarin

mandaryn

mandarin

ข้าราชการพลเรือน

mandarin

viên chức chính phủ

mandarin

普通話

mandarin

[mɑ̃daʀɛ̃] nm
(haut fonctionnaire chinois)mandarin
(= ponte) → mandarin
(= langue) → Mandarin, Mandarin Chinese