manqué, ée

MANQUÉ, ÉE

(man-ké, kée) part. passé de manquer
Qui n'a pas réussi. Un projet manqué. Effet manqué.
Après le coup manqué, le traître a cette audace [ROTROU, Bélisaire, I, 6]
Il peut pour un manqué recouvrer cent partis [ID., Antig. IV, 4]
Quoi qu'il arrive, il [Morival, un des jeunes condamnés d'Amiens] restera chez moi jusqu'à ce que son affaire soit finie ou manquée [VOLT., Lett. roi de Prusse, 26 avr. 1774]
Sa comédie du Glorieux [de Destouches] est son meilleur ouvrage, quoique le personnage du glorieux soit, dit-on, manqué [ID., Louis XIV, écrivains.]
Cette mère éplorée, ces suivantes qui l'entourent, ce père qui tient son enfant, tout cela est manqué net [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 299, dans POUGENS]
Un plat, un gâteau manqué, un plat, un gâteau que le cuisinier n'a pas réussi à faire bon.
Mme de Castries était un quart de femme, une espèce de biscuit manqué [SAINT-SIMON, 42, 252]
Familièrement. Un poëte, un peintre manqué, poëte, peintre qui manque de talent, qui n'a pas les qualités requises. Cela se dit aussi de tout personnage qui est au-dessous de son rôle, de sa position.
À l'égard de Louvois, dont la sultane manquée avait plus de hâte de se délivrer, elle ne manqua aucune occasion d'y préparer les voies [SAINT-SIMON, 407, 93]
Les fleuves et encore plus les chaînes de montagnes et la mer ont formé des barrières impénétrables pour un grand nombre de ces Attilas manqués [TURGOT, Plan du 1er discours sur l'hist. univers.]
Petit maître manqué, ridicule pagode [BOISSY, Impatient, III, 3]
Qu'on n'atteint pas du coup qu'on adressait. L'homme ajusté mais manqué. Un lièvre manqué.
Ils [les Sarrasins] levèrent le siége [de Rome], pour aller combattre une armée de Français qui venait secourir Rome... l'armée française fut battue, mais la ville rafraîchie fut manquée [VOLT., Mœurs, 28]
Auquel on n'a pas assisté. Trois bals manqués dans la semaine.