marcotte

marcotte

n.f. [ moyen fr. marquot ]
En agriculture, branche tenant à la plante mère, couchée en terre pour y prendre racine et fournir un nouveau sujet.

MARCOTTE

(mar-ko-t') s. f.
Terme de jardinage. Branche tenant à l'arbre et couchée en terre afin qu'elle produise des racines. Il se dit aussi d'une racine à laquelle on fait pousser une tige, avant de la séparer de l'individu dont elle fait partie.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Marcos, que l'en appelle planteys de vigne [DU CANGE, planterium.]
  • XVIe s.
    Il ne pensera qu'à choisir les bonnes races de raisins, planter les margoutes et les crossettes, les provigner, tailler, marrer.... [O. DE SERRES, 15]
    Plus profitent les chevelues ou sautelles, dites aussi margotes, que les maillots ou crocetes, pour l'avantage des racines qu'elles ont [ID., 160]
    Plus s'avance la vigne par marquottes que par crocetes [ID., 179]

ÉTYMOLOGIE

  • Champ. et génev. margotte ; ital. margotta ; dérivé, par un diminutif, du latin mergus, provin, de mergere, plonger, parce qu'on enfonce la marcotte en terre.

marcotte

MARCOTTE. n. f. T. d'Agriculture. Branche que l'on couche en terre à une certaine profondeur, sans la détacher de la plante, pour qu'elle prenne racine, et qu'on sèvre ensuite, c'est-à-dire qu'on détache lorsqu'elle a des racines. Des marcottes de vigne, d'olivier, de figuier, d'oeillets. Planter des marcottes.

marcotte

Marcotte, voyez Marquotte.