marne


Recherches associées à marne: somme

marne

n.f. [ d'un mot gaul. ]
Roche sédimentaire argileuse contenant une forte proportion de calcaire et que l'on utilise pour amender les sols acides et fabriquer du ciment.

MARNE

(mar-n') s. f.
Mélange naturel, en des proportions variables, de calcaire et d'argile, auxquels se trouve presque toujours associé un peu de sable, et qui est propre à amender et à engraisser certaines terres. Une carrière de marne.
Il faut mêler la marne avec une certaine quantité de fumier, et cela est d'autant plus nécessaire que le terrain est plus humide et plus froid [BUFF., Min. t. I, p. 309]
Marnes calcaires, marnes où abonde l'élément calcaire ; marnes argileuses, ou argile ; marne verte, marne très argileuse qui surmonte la formation gypseuse dans les environs de Paris. Marne à foulon, variété de marne, très soluble dans l'eau, servant aux apprêts des draperies dans certaines manufactures. Terme de géologie. Marnes irisées, ou keuper, assise supérieure des marnes du Jura, laquelle, se délitant à l'air en fragments polyédriques, présente des couleurs vives et variées.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'an MCCCXVIII furent v acres de terre mallées de blanc malle, et fut le malle pris au champ meismes, dix teises en parfont [DELISLE, Agricult. norm. p. 267]
  • XVe s.
    Gravier de blanche marle fort et dur, sur quoi on peut fermement charier [FROISS., I, I, 278]
  • XVIe s.
    Il y a en certaines parties de la Gascongne et autres pays de France, un genre de terre qu'on appelle merle, de laquelle les laboureurs fument leurs champs [PALISSY, 10]
    La marne ne doit estre oubliée, pour la grande vertu engraissante qu'elle a, à bon droit appellée d'aucuns manne.... selon les lieux elle est colorée ; en aucuns elle est blanche, en autres grise ou rousse [O. DE SERRES, 10]
    Et ainsi allant et traversant parmy ce bois, vint tomber dans un puits à marle.... [, Nouvelle fabrique des excellents traits de vérité, p. 143, éd. Jannet, Paris, 1853]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, mâïe ; Hainaut, marle ; namur. maule ; picard, marle, merle ; haut norm. malle et même mâle, le faisant masculin : du mâle ; ital. marga ; bas-bret. marg ; irl. marla ; allem. Mergel ; suéd. maergel ; du mot gaulois marga, qui fut reçu dans la latinité ; on le trouve dans Pline.

marne

MARNE. n. f. Sorte de terre calcaire dont on se sert pour amender certains terrains. Marne blanche, rousse, verte. Carrière de marne.

marne

MARNE, fluuius, Matrona.

Marne, Une sorte de pierre blanche qu'on appelle marne, Marga, Margae. C'est pierre grasse et tendre qui se rompt en pouldre en hyver à la gelée, et sert à engraisser les terres.

marne


MARNE, s. f. MARNER, v. act. MARNIèRE, s. f. [2e e muet au 1er, é fer. au 2d, è moy. et long au 3e: ne, , niè-re.] La marne est une espèce de terre grâsse et calcaire, dont on se sert au lieu de fumier, pour engraisser les terres légères et sabloneûses. = Marner une terre, y répandre de la marne. = Marnière, lieu d'où l'on tire de la marne.

Traductions

marne

Maarn

marne

marna

marne

[maʀn] nf (GÉOLOGIE)marl