marotte

marotte

n.f. [ dimin. de Marie ]
1. Sceptre surmonté d'une tête grotesque coiffée d'un capuchon garni de grelots, attributs de la Folie : Le bouffon du roi tenait une marotte.
2. Tête en bois, en carton, etc., dont se servent les modistes, les coiffeurs.
3. Fam. Idée fixe, goût obsessionnel pour qqch : Sa nouvelle marotte consiste à garder les articles qui paraissent sur ce chanteur manie

marotte

(maʀɔt)
nom féminin
goût excessif pour qqch La gymnastique suédoise, c'est sa dernière marotte.

MAROTTE

(ma-ro-t') s. f.
Espèce de sceptre qui est surmonté d'une tête coiffée d'un capuchon bigarré de différentes couleurs, et garnie de grelots ; c'est l'attribut de la Folie, et c'était celui des fous des rois.
Un fou reçoit ses grelots et sa marotte en cérémonie [VOLT., Dial. XXIV, 10]
Fig.
Le ciel nous dote D'une marotte Tour à tour grave et quinteuse et falote [BÉRANG., Troubad.]
Il devrait porter la marotte, c'est un extravagant.
Fig. et familièrement. Objet de quelque folie.
Jugeant qu'il y avait assez de fous dans Paris pour ne laisser croupir cette marotte [les rêveries des rose-croix] [NAUDÉ, Rosecroix, III, 5]
Objet de quelque affection folle et déréglée.
Une femme stupide est donc votre marotte ? - Tant, que j'aimerais mieux une laide bien sotte, Qu'une femme fort belle avec beaucoup d'esprit [MOL., Éc. des f. I, 1]
Nous avons la marotte d'être délicats, parce que cela donne un air plus tendre [MARIVAUX, Surpr. de l'amour, I, 2]
Chaque siècle a eu sa marotte [VOLT., Lett. à M***, 5 janv. 1759]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Puis en majesté presidentale, tenant sa marotte on poing, comme si feust un sceptre [RAB., Pant. III, 37]
    Si monsieur de Bonnivet, qui estoit admiral, en estoit cause [de la révolte du connétable de Bourbon], je n'en say rien ; mais on le disoit ; quelqu'un toujours porte la marotte [est l'objet d'imputations] [MONTLUC, Mém. t. II, p. 213, dans LACURNE]
    Blasmant, lorsqu'il en parloit à ses plus affidez, infiniment ceux qui l'avoient voulu coiffer de cette marotte [impliquer dans une certaine entreprise], estant là ses propres termes [SULLY, Mém. t. III, p. 24, dans LACURNE]
    Il en est plus assotté qu'un fol de sa marotte [COTGRAVE, ]
    Au fol la marotte [ID., ]
    Fol est qui sa marotte ne cognoist et ne la maine comme il doit [ID., ]
    Si tous les fols portoient marotte, on ne sçait pas de quel bois on se chaufferoit [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Il vient de Marie de la même façon que marionnette. Marotte pour Mariotte est un des diminutifs de Marie :
    Vive mon aimable Marote ; Pour ses yeux doux Nous sommes tous, Tous à Marote, [, Muses coquettes, dans RICHELET]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • MAROTTE. Ajoutez :
  • Nom diminutif de Marie, que le peuple donnait à Rouen aux jeunes filles, avant qu'elles fussent entrées dans l'adolescence [TOUGARD, Une page d'hist. locale, p. 13]

ÉTYMOLOGIE

  • Ajoutez : Dans la haute Bretagne, marotte signifie un bâton avec un gros bout.

marotte

MAROTTE. n. f. Sorte de sceptre qui est surmonté d'une tête coiffée d'un capuchon bigarré de différentes couleurs et garnie de grelots. Ceux qui faisaient autrefois le personnage de fou, chez les rois et chez les grands seigneurs, portaient une marotte. On représente la Folie une marotte à la main.

Il se dit, par extension, des Têtes en bois, en carton ou en cire, dont se servent les modistes et les coiffeurs pour exposer leurs modèles.

Il se dit, figurément et familièrement, d'une Sorte d'idée fixe, d'une opinion, d'un sentiment dont on s'est engoué, qu'on adapte à toutes les circonstances et dont on ne cesse de parler. Ce sujet est revenu dix fois dans sa conversation : c'est sa marotte. La paix universelle est sa marotte. Vous le trouverez entiché d'une nouvelle marotte.

marotte


MAROTTE ou MAROTE, s. f. Au propre, espèce de scèptre, au bout duquel est une tête coîfée d'un capuchon bigârré de diférentes couleurs, et que portaient aûtrefois ceux, qui faisaient le personage de foux. — C'est le symbole de la folie. — C'est un homme extravagant, il porte, ou il devrait porter la marote. = Fig. L' objet de quelque passion déréglée. "C'est sa marotte, son tic, sa manie. "Ce mot (dévotionettes) est tellement la marotte de M. C... que je croirois que c'est lui qui est le vrai G... de ces lettres. Tart. Épist. "M. Pal... veut à toutes forces passer pour plaisant: c'est là sa marote: chacun a la sienne. Ann. Lit.

Synonymes et Contraires

marotte

nom féminin marotte
Goût obsessionnel pour.
Traductions

marotte

[maʀɔt] nfpet hobby
avoir une marotte → to have a pet hobby