marteau


Recherches associées à marteau: vis

1. marteau

n.m. [ lat. martellus ]
1. Outil formé d'une tête en acier dur fixée sur un manche, dont on se sert pour frapper : Elle enfonça des clous avec son marteau.
2. Battant métallique, fixé à l'extérieur d'une porte et servant de heurtoir.
3. Pièce garnie de feutre, qui frappe les cordes d'un piano.
4. Sphère métallique pesant 7,257 kilogrammes, munie d'un fil d'acier et d'une poignée, que lancent les athlètes ; épreuve d'athlétisme pratiquée avec cet engin : Le lancer du marteau.
5. En anatomie, premier osselet de l'oreille moyenne.
6. Requin des mers chaudes, à tête aplatie en deux lobes latéraux portant les yeux requin-marteau
Marteau piqueur,
machine-outil équipée d'une tige pointue et fonctionnant à l'air comprimé, qui sert à défoncer les sols, à disloquer des roches.

2. marteau

adj.
Être marteau,
Fam. être fou : Elle est complètement marteau !

MARTEAU

(mar-tô) s. m.
Outil en fer garni d'un manche, qui sert à battre les métaux, à forger, à cogner.
Un affreux serrurier, laborieux Vulcain.... De cent coups de marteau me va fendre la tête [BOILEAU, Sat. VI]
Et leurs bras vigoureux lèvent de lourds marteaux Qui tombent en cadence et domptent les métaux [DELILLE, Géorg. IV]
J'entends le lourd marteau retentir sur l'enclume [ID., Imag. V]
Ouvriers à marteau, ceux qui se servent du marteau, tels que forgerons, serruriers, etc. Fig.
Il ne faut trente ans après et jusqu'à la veille des guerres civiles qu'écouter Bèze et sa magnifique comparaison de l'Église avec une enclume, qui n'était faite que pour recevoir des coups, et non pas pour en donner, mais qui aussi, en les recevant, brisait souvent les marteaux dont elle était frappée [BOSSUET, 5e avert. 4]
Le marteau de la tyrannie Sur les autels rive nos fers [BÉRANG., Escl. g aul.]
Fig. Être entre l'enclume et le marteau, voy. ENCLUME. Il faut être enclume ou marteau, se dit des circonstances où il est presque inévitable de souffrir du mal ou d'en faire.
Il faut être en France enclume ou marteau ; j'étais né enclume [VOLT., Mémoires.]
Il vaut mieux être marteau qu'enclume, il vaut mieux faire du mal que d'en souffrir. C'est un diamant sous le marteau, se dit d'un homme ferme et constant qui résiste aux persécutions ; locution d'ailleurs erronée, car le marteau briserait le diamant. Familièrement. Avoir un coup de marteau, un petit coup de marteau, avoir quelque manie, quelque bizarrerie ; la locution entière serait avoir un coup de marteau à la tête, ce qui ébranle, trouble l'esprit.
Marteau à tête plate, à tête ronde. Marteau d'assiette pour les paveurs. Marteau de couvreurs, marteau rond par un bout et pointu par l'autre. Marteau à dent, marteau fourchu pour arracher des clous. Marteau à ardoise, instrument qui sert à tailler l'ardoise et à la percer pour faire les trous des clous. En maréchalerie, on se sert du marteau à main, du marteau à panne, du marteau à frapper devant. Les marteaux à panne sont pour battre le fer. Marteau d'eaux et forêts, marteau avec lequel l'employé marque les arbres qu'il faut couper pour les ventes. Anciennement, espèce de marteau qui servait à la fabrication des monnaies.
Il est dit dans cet arrêt [du 7 novembre 1641] que Sa Majesté acceptait les offres de Briot et de Racle, et leur ordonnait de faire porter à la monnaie au marteau, leur moulin et machines pour fabriquer les nouvelles espèces [J. CAILLET, l'Adm. en France sous Richelieu, t. II, p. 409]
Marteau d'armes, sorte d'arme offensive qui était en forme de marteau rond d'un côté et tranchant de l'autre.
Où sont ces âmes guerrières, ces marteaux d'armes tant vantés et ces arcs qu'on ne vit jamais tendus en vain ? [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Anciennement. Insigne de la dignité de connétable.
Marteau d'horloge, marteau qui frappe sur le timbre pour la sonnerie.
Marteau de porte, espèce d'anneau ou de battant de fer qui est attaché au milieu d'une porte à l'extérieur et avec lequel on frappe pour se faire ouvrir.
Au premier coup de marteau j'ai couru si vite que je suis tombé en chemin [BRUEYS, Grondeur, I, 6]
Il est bon de commencer de la rue à se faire écouter par le bruit du carrosse et du marteau qui frappe rudement la porte [MONTESQ., Lett. pers. 82]
Fig. et familièrement. Graisser le marteau, donner de l'argent au portier d'une maison, afin de s'en faciliter l'entrée.
On avait beau heurter et m'ôter son chapeau, On n'entrait point chez nous sans graisser le marteau [RAC., Plaid. I, 1]
Il n'est pas sujet au coup de marteau, il n'est pas, par sa profession, sujet à ce qu'on vienne frapper à sa porte pour le chercher.
Petit marteau que tient le commissaire-priseur et avec lequel il fait des signaux dans la vente.
Fig. Perruque à trois marteaux, perruque qui avait une longue boucle entre deux nœuds.
Le médecin coquet élagua ses marteaux [DELILLE, Imag. VII]
Petite tringle de bois que l'on fait mouvoir en touchant le clavier d'un piano. Fig.
Imaginez-vous dans la tête un timbre garni de petits marteaux, d'où partent une multitude infinie de fils qui se terminent à tous les points de la boîte [DIDEROT, Lett. sur les sourds et muets.]
Instrument avec lequel on tend ou on lâche les cordes des instruments à chevilles pour les accorder.
Terme d'anatomie. Un des quatre osselets de l'oreille.
10° Terme de physique. Marteau d'eau, tube de verre hermétiquement clos, privé d'air et renfermant de l'eau, ainsi nommé parce que l'eau, quand on agite le vase, en frappe les parois comme ferait une masse de fer.
11° Terme de marine. La pièce faisant arrêt dans le linguet-chaîne.
12° Un des noms vulgaires du narcisse.
13°
Le marteau, poisson qui était le squale marteau devenu la zygène marteau, sélaciens, dite aussi tiburon, et qui, aux Antilles françaises, porte le nom de pantouflier [LEGOARANT, ]
14° Genre de coquilles bivalves.
On y distingue le marteau vulgaire, qui habite l'Océan indien, connu chez les marchands sous les noms de croix de mer et de crucifix de mer ; c'est l'huître marteau de certains auteurs [LEGOARANT, ]
Espèce de petit crustacé.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Il fait creuser souz terre à pic et à martel [, Sax. IX]
  • XIIIe s.
    En tel cas ne doit en pas fere l'execussion de le [la] justice par fu, mais abattre à cuignies et à martiax le [la] partie du malfeteur tant solement [BEAUMANOIR, LII, 17]
    Or i a plus dures noveles, Qu'il fist si froit que là dedanz Firent tuit martiaus de lor denz [RUTEB., II, 189]
    Lors remaint nature en sa forge, Prent ses martiaus, et fiert et forge Trestout ainsinc comme devant [, la Rose, 19620]
  • XIVe s.
    Olivier de Cliçon par la bataille va, Et tenoit un martel qu'à ses deux mains porta, Tout ainsi qu'un boucher abatit et versa [DU CANGE, martus.]
  • XVe s.
    Fut le dessus nommé connestable de France pour user de l'office, quoique messire Ollivier de Clisson n'y eust point renoncé ne renvoyé le martel de la connestablie [FROISS., livre IV, p. 176, dans LACURNE]
    Ils devoient combatre de haches, et en ferir chacun quinze coups de la teste et martel, sans rien toucher de la pointe ny d'estoc [MATHIEU DE COUCI, p. 555, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Anciennement on avoit des marteaux attachez aux portes dont on tabouroit pour avertir ceulx de dedans [AMYOT, De la curiosité, 6]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. mateà ; picard, martiau, martieu ; wallon, mârtai ; namur. maurtia ; provenç. martel, martell ; espagn. martillo ; ital. martello. Il paraît provenir d'une forme martellus, dérivée du bas-latin martus, marteau. Maintenant ce martus tient-il à la latinité ? On y trouve marculus et martulus, marteau, avec le primitif marcus ; le bas-latin martus paraît prouver qu'il y avait un primitif martus répondant à martulus, comme marcus répond à marculus. Le latin marcus se rattache au sanscrit marj, écraser, frapper.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MARTEAU. Ajoutez :
    15° Passer sous le marteau, être vendu aux enchères.
    Les quantités [de laines coloniales] qui ont passé sous le marteau [au marché de Londres] s'élèvent à... [, Journ. offic. 16 déc. 1872, p. 7833, 2e col.]

marteau

MARTEAU. n. m. Outil de fer qui a un manche, ordinairement de bois, et qui est propre à battre, forger, cogner, enfoncer. Marteau de serrurier, de menuisier, de charpentier. Marteau de forgeron, d'orfèvre, de chaudronnier. Enfoncer des clous avec un marteau. Donner un coup de marteau. Battre avec le marteau, au marteau, à grands coups de marteau. Marteau de commissaire-priseur, Petit marteau dont se sert le commissaire-priseur pour en frapper un coup sur la table et indiquer ainsi que les enchères sur tel ou tel objet sont closes.

Il se dit, particulièrement dans l'Administration forestière, d'un Marteau de fer dont le gros bout porte une marque en relief, que l'on imprime sur des arbres en les frappant. Marquer des arbres avec le marteau.

Fig., Être entre l'enclume et le marteau. Voyez ENCLUME.

Fig. et fam., Il faut être enclume ou marteau. Voyez ENCLUME.

Marteau d'horloge, Marteau qui, dans une horloge, frappe sur le timbre pour annoncer les heures.

Marteau de porte, Sorte d'anneau ou de battant de fer qui est attaché au milieu d'une porte à l'extérieur et avec lequel on frappe pour se faire ouvrir.

Fig. et fam., Avoir un coup de marteau. Voyez COUP.

Fig. et fam., Perruque à trois marteaux, Perruque qui avait une longue boucle entre deux noeuds.

MARTEAU, en termes de Facteur d'instruments, se dit des Petites tringles de bois que l'on fait mouvoir en touchant le clavier d'un piano et dont une extrémité, garnie de peau, sert à frapper les cordes de l'instrument.

En termes d'Anatomie, il désigne Un des quatre osselets de l'oreille.

MARTEAU-PILON, en termes d'Arts, désigne un Gros marteau de forge actionné par un mécanisme mû par la vapeur, l'électricité, etc.

marteau

Marteau, ou l'herbe à masses, pource que cette plante resemble aux masses des Bedeaux, Typha. Elle croist parmi les eaux des estangs. Aucuns la nomment Materaz.

Marteau, Malleus, Marcullus.

marteau


MARTEAU, MARTEL, s. m. MARTELER, v. act. [Marto,, tèl, telé; 2e è moy. au 2d, e muet au 3e.] Marteau, est 1°. un outil de fer avec un manche, qui sert à batre, à forger, à cogner. = On a dit autrefois martel, et il est resté dans cette expression proverbiale, mettre martel en tête, doner de la jalousie ou de l'inquiétude. — * On dit à Toulouse, "Ce procès lui met des marteaux en tête. C'est un gasc. Desgr.
   2°. Marteau, heurtoir. "Le marteau d'une porte, d'une horloge. = En style proverb. Graisser le marteau, doner de l'argent au portier d'une maison, pour s'en faciliter l'entrée. = N'être pas sujet à un coup de marteau, n'être pas assujéti à des heures fixes pour certaines chôses, comme les gens de communauté.
   MARTELER, batre à coups de marteau. "Marteler de la vaisselle. — V. n. "Marteler sur l'enclume.

Synonymes et Contraires

marteau

adjectif marteau
Familier. Qui a perdu la raison.
dérangé, désaxé, déséquilibré -familier: braque, cinglé, détraqué, dingue, fada, fêlé, frappé, loufoque, maboul, piqué, ravagé, tapé, timbré, toc-toc, toqué, zinzin -populaire: allumé, azimuté, barge, barjo, branque, brindezingue, cinoque, cintré, déjanté, dingo, folingue, fondu, frapadingue, givré, jeté, louf, louftingue, sinoc, sinoque, siphonné, tordu.
Traductions

marteau

Hammerhammer, door knock, door knocker, knocker, nutshamer, deurklopper, slingerkogel, klopperהלמנייה (נ), מקבת (נ), פטיש (ז), פַּטִּישׁчукhammerσφυρίmartillo, aldabavasaramartellohamarmartello, battente, mazzoloハンマー, かなづち, 金槌망치, 해머hammer, ha en skrue løs, skrullete, spikende galmłotek, młotmartelohammareشَاكُوشkladivočekićмолотокค้อนçekiçbúa锤子 (maʀto)
nom masculin pluriel marteaux
outil qui sert à frapper

marteau

[marteaux] (pl) [maʀto]
nm
(= outil) → hammer
marteau pneumatique → pneumatic drill
[porte] → knocker
adj invnuts >
complètement marteau → totally nuts