martin-bâton

MARTIN-BÂTON

(mar-tin-bâ-ton) s. m.
Homme armé d'un bâton, et, par extension, le bâton personnifié qui sert à battre les animaux récalcitrants.
Oh ! oh ! quelle caresse et quelle mélodie ! Dit le maître aussitôt, holà, Martin-bâton ! Martin-bâton accourt, l'âne change de ton [LA FONT., Fabl. IV, 5]
On dit aussi quelquefois Martin simplement.
Un petit bout d'oreille échappé par malheur Découvrit la fourbe et l'erreur ; Martin fit alors son office [ID., ib. V, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Martin bâton doit avoir voulu dire dans l'origine le bâton de Martin, AMPÈRE, Hist. de la langue, p. 86. D'un autre côté, on lit dans le Catalogue des livres d'Arthur Dinaux : 343, L'arbre de probation planté devant la tente d'Abraham : duquel l'on tire des houssines pour redresser les errans au droict sentier de la vérité contre les erreurs d'un certain Martin.... par frère Nicholas de Lachau, Paris, 1618. Livre singulier, dont le titre courant porte : Le Martin à la touche, ce qui, dit M. Jamet, a donné lieu au dicton populaire de Martin bâton.