martre ou marte

Recherches associées à martre ou marte: martes

MARTRE ou MARTE

(mar-tr' ou mar-t') s. f.
Genre de quadrupèdes carnassiers digitigrades dans lequel on distingue : la martre commune, dite vulgairement martre ou marte des sapins ; la martre des hêtres ou martre domestique, appelée fouine, la martre mineure, qui est notre belette ; la martre blanche, connue sous le nom d'hermine ; la martre zibeline, appelée vulgairement zibeline ou zibelline, et qui fournit les plus belles peaux. Les martres formaient pour Linné un seul genre (mustela) ; Cuvier en a fait quatre, les putois, les martres proprement dites, les mouffettes et les loutres ; la marte zibeline appartient aux martres proprement dites, ainsi que la martre commune et la fouine ; mais la belette et l'hermine sont des putois.
La martre, originaire du Nord, est naturelle à ce climat, et s'y trouve en si grand nombre, qu'on est étonné de la quantité de fourrures de cette espèce qu'on y consomme et qu'on en tire [BUFF., Quadrup. t. II, p. 242]
Fig. Prendre martre pour renard, prendre une chose pour une autre.
Tu prends toujours martre pour renard [VOLT., Facéties, Quest. sur les cuirs, 3e lett.]
Dans un sens analogue.
Rendre conte pour conte et martre pour renard [CORN., le Ment. III, 4]
La peau de cet animal quand elle est employée en fourrure. Un manchon de martre.
Nom d'une chenille, voy. HÉRISSON, n° 2.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    De son col [il] jette ses grandes pels de martre [, Ch. de Rol. X]
  • XVe s.
    Il y avoit gagné vingt mille escus et deux pennes de martres [COMM., V, 15]
    Une robe d'escarlate, fourrée de martres de païs [, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 345]
  • XVIe s.
    Il est temps de laisser tes jeux et ta simplesse, Martes [poupées], chevaux de bois ; ce qui sied en jeunesse Ne sied quand on est grand [RONS., 894]
    Tel qui se tient emmitonné dans les martes jusques aux aureilles.... [MONT., I, 259]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, mâdrai, le mâle de la fouine ; espagn. et portug. marta ; ital. martora ; allem. Marder ; bas-lat. martures, martalus. On le tire du latin martes ; mais martes est douteux, il ne se trouve que dans Martial, Ép. X, 37 : Venator, capta marte, superbus adest ; des critiques l'ont chassé et remplace par mele. Il n'est donc pas sûr d'en tirer le mot roman.