matériel, elle

MATÉRIEL, ELLE

(ma-té-ri-èl, è-l') adj.
Qui est formé de matière. Les substances matérielles. Qui tient de la matière. Suivant Descartes, les actions des animaux sont purement mécaniques et matérielles.
Dans l'ancienne philosophie, matériel est opposé à formel. La cause matérielle est celle qui donne la matière, tandis que la cause formelle est celle qui donne la forme et l'activité. Substantivement. Distinguer le matériel du formel. Terme de jurisprudence. Faux matériel, celui qui porte seulement sur la matière même d'un fait ou d'une chose, sans qu'il soit question de l'intention ; par opposition à faux formel, celui que l'on commet sciemment et à mauvaise intention.
Qui a ou qui paraît avoir beaucoup de matière, grossier. Cette orfévrerie est trop matérielle. En un sens analogue, gros et lourd, en parlant des personnes. Il devient matériel. Fig. Il est matériel, c'est un esprit bien matériel, se dit d'un homme qui a l'esprit lourd et pesant.
Que ce discours grossier terriblement assomme ! Et quelle indignité, pour ce qui s'appelle homme, D'être baissé sans cesse aux soins matériels, Au lieu de se hausser vers les spirituels ! [MOL., Fem. sav. II, 7]
Matériel se dit aussi d'une personne qui a des goûts grossiers ou plutôt sensuels, qui aime la table, etc.
S. m. Ce qui regarde, ce qui compose le corps d'une chose. Le matériel de la religion. Le matériel d'une proposition, ce sont les mots qui y entrent.
Lorsqu'on raisonne ainsi, on ne paraît s'occuper que du matériel du discours, ce qui arrive quelquefois aux grammairiens [CONDIL., Gramm. II, 13]
Le matériel des mots, ce sont les sons qui les forment, les lettres ou les accents qui s'y trouvent.
Se dit des parties les moins délicates de l'exécution, de celles qui n'exigent qu'une certaine pratique jointe à une intelligence ordinaire. Il possède le matériel de l'art.
L'ensemble des objets de toute nature qui sont employés à quelque service public ; par opposition à personnel, qui s'entend de toutes les personnes attachées à ce même service. Le matériel de la guerre, de la marine. Le matériel d'une armée, les bagages, les munitions, les pièces d'artillerie, etc. par opposition aux troupes qui composent l'armée.
Ensemble des machines, ustensiles, outils et moyens d'exécution de toute sorte qui sont nécessaires à une fabrique, à une usine, à une exploitation quelconque agricole ou industrielle. Le matériel d'une imprimerie, d'un chemin de fer.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'ame intellective n'est pas corporelle ne materielle, mes est incorporelle et espirituelle [ORESME, Eth. 76]
    Combien que le materiel ne puist pas estre osté des parties, ne estre separé [, Prouffitz champ. et ruraulx, II, 5]
  • XVIe s.
    Un jeune garçon bas-breton, bien fessu et materiel [PARÉ, t. III, p. 687]
    Les hommes sçavans et lettrés et ceux qui sont materieux et grossiers [, Nuits de Straparole, t. II, p. 234, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et esp. material ; ital. materiale ; du lat. materialis, de materia, matière.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • MATÉRIEL. Ajoutez :
  • S. m. Il se dit aussi au pluriel. Des matériels de fêtes. D'importants matériels de forges.