mate

MATE

(ma-t') s. f.
Lieu à Paris où s'assemblaient les filous pour tenir conseil entre eux. Enfant de la mate, suppôt de la mate, filou. Filouterie, tromperie.
Vous descouvrir la mate [des rose-croix] et dessiller les yeux [NAUDÉ, Rosecroix, III, 2]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Jean de la Matte, imagier [, Hist. litt. France, t. XXIV, p. 741]
  • XVe s.
    Bignez la mathe sans targer [VILLON, Ball. jargon et jobelin.]
  • XVIe s.
    Nous nous promenons au soir avec les compagnons de la matte, tout le jour nous jouons au brelant [D'AUB., Faen. III, 1]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MATE. - HIST.
  • XVIe s. Ajoutez :
    Dix ou douze enfants de la mate des plus fins et meilleurs coupeurs de bourse et tireurs de laine [BRANT., t. IV, p. 224, éd. Monmerqué.]

maté

MATÉ. n. m. Arbuste de l'Amérique méridionale, du genre houx, dont les feuilles grillées légèrement, puis concassées et réduites en poudre, donnent par leur infusion dans l'eau bouillante une boisson analogue au thé de Chine. On l'appelle aussi Herbe du Paraguay.

Il se dit aussi de l'Infusion de maté. Boire du maté.

Traductions

mate

mat